Partagez | 
 

 Naissance d'une fée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Naissance d'une fée   Jeu 1 Mar - 11:34

Imaginez-vous seulement la terreur que peut inspirer le fait de passer de l’état de simple spectateur à celui d’acteur ? C’est un peu comme si, brusquement, vous vous retrouviez sur le tournage, à la place de votre acteur favori. C’est indescriptible. La terreur qui s’empare de vos tripes alors que vous vous retrouvez dans ce lieu inconnu où l’on attend de vous de faire quelque chose que vous n’avez jamais fait de toute votre vie.
Voilà ce que ressentait le jeune homme-fée alors qu’il déambulait pour la première fois dans le manoir, hantant les couloirs en essayant de comprendre le comment du pourquoi. Il avait un corps fait de chair et d’os. Lui, être immortel qui n’avait fait qu’observer les humains avec cynisme du haut de son monde des songes. Le même qui les avait regardé avec la même curiosité scientifique que l’on possède lorsqu’on regarde pour la première fois un documentaire animalier ou que l’on va au zoo. Oui, c’était ça, pour lui, le monde des humains n’était qu’un immense zoo. Et lui, il se retrouvait à son tour enfermé dans ce zoo.
Pourquoi lui ? Pourquoi cet imbécile, celui qui s’était désigné comme étant le maître des lieux avait-il décidé de lui donner ce corps hideux ? Et puis… Ces choses… Ces choses qui agitaient son cœur. On appelait ça des sentiments. Des émotions. C’était bien la chose la plus inutile au monde. Avait-on idée de flipper autant devant une demoiselle ? Autant, il s’était méfié auparavant mais là, il s’était senti carrément idiot en se blottissant derrière un pilier lorsqu’il avait rencontré une jeune fille qui se promenait dans le manoir. Il avait peur des filles… Qu’est-ce que c’était idiot ! Pétrifié à l'idée qu'on le remarque, il avait même préféré reprendre son physique de fée. Il devint donc à peine plus grand qu'un pouce alors qu'une aura de douce lumière l'enveloppait et que ses ailes battaient silencieusement lors de ses déplacements.

Ezra soupira, rentrant dans une salle au hasard et ce qu’il y découvrit le stupéfia tellement qu’il fut obligé d’exprimer sa pensée à voix haute pour vérifier qu’il ne rêvait pas :

« Mais c’est totalement flippant ici ! »

Non seulement le « maître des lieux », comme il disait s’appeler, enfermait des enfants dans un même lieu mais en plus, il ne plaisantait pas en sous-entendant qu’il les considérait comme des poupées.

« Ce gars est complètement dingue… »

Ce manoir ressemblait en tout point à une maison de poupées. Mais cette salle était de loin la plus effrayante. Le jeune homme-fée n’arrivait pas réellement à expliquer ce qu’il ressentait. Il savait que cette pièce lui évoquait une pièce pour poupées et il imaginait très bien ces êtres inanimés reposer dans cet endroit, sans bouger. Il resta tétanisé devant cette petite pièce coquette aux jolis petits fauteuils, aux tables basses bien arrangées et à la grosse bibliothèque alors qu’un long frisson secouait son échine.

« Mais qu’est-ce qu’il a en tête ? Pourquoi est-ce qu’il fait ça ? Ou plutôt… Que gagne-t-il à le faire ? »

Ezra n’y comprenait rien. Il savait juste que cet endroit avait une allure presque dangereuse et morbide à son sens et qu’il n’avait qu’une envie, c’était de repartir au monde des songes ou plus rien ne pourrait l’effrayer et où cet univers n’existerait plus. Pourquoi était-il en vie ? Qu’attendait-on exactement de lui ? Que faisait-il ici ? Le jeune homme-fée était complètement perdu et effrayé dans ce monde étranger.

Il sursauta brusquement alors que le bruit d’une porte qui se refermait se fit entendre derrière lui et il s’éleva dans la pièce, se collant presque au plafond en essayant de distinguer qui s’avançait vers lui :

« Qui va là ? »

Intimidé par cet endroit et encore tout effrayé de son arrivée dans le monde des humains, il ne put contrôler son cœur qui engagea un petit quadrille en menaçant de sortir de sa poitrine pour aller vagabonder dans la pièce.



Dernière édition par Ezra O'Dubhda le Ven 2 Mar - 12:06, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Jeu 1 Mar - 23:36









Naissance d'une fée.


Il m’arrivait de veiller sur certains enfants, dans la Maison de Poupées et ce, même si j’avais un majordome. Même si j’avais trois filles, que j’avais été récupérer moi-même, j’avouais que d’autres enfants pouvaient toujours compter sur moi. Il y avait même cette fée, qui faisait partie du Cercle Brumeux. Ce détail ne m’arrêtait pas pour aimer quelqu’un. J’en étais rendu à la salle commune, lorsqu’une voix m’arrêta net :


« Mais c’est totalement flippant ici ! »


Cette voix ne pouvait appartenir qu’à la fée, j’en étais persuadé.


« Ce gars est complètement dingue… »


Flippant, dingue… que de compliments. Je n’étais pas encore dans la salle commune, je m’étais arrêté avant rien que pour écouter les propos de la fée, si c’était bien elle :


« Mais qu’est-ce qu’il a en tête ? Pourquoi est-ce qu’il fait ça ? Ou plutôt… Que gagne-t-il à le faire ? »


Je me décidai enfin à franchir le seuil de la salle commune. Comme la porte était restée ouverte, je n’avais fait aucun bruit, mais lorsque je la refermai… je me fis repérer :


« Qui va là ? »


Je ne parvenais pas à voir la fée. Cette créature était spéciale puisqu’elle était de sexe masculin, il ne fallait donc pas s’attendre à se retrouver face à une jeune femme mais à un jeune homme. C’était probablement pour cette raison que la fée avait aussi une place spéciale dans mon cœur. Je la savais remontée contre moi, ça devait être la première fois qu’elle voit tous ces lieux puisque je l’avais ramenée il n’y avait pas longtemps. Rien que ses paroles, prononcées un peu plus tôt, indiquaient qu’elle ne m’appréciait guère. Je mis du temps, avant de répondre d’un ton ironique :


- C’est le gars complètement dingue, tu sais, celui qui vient de te ramener.


Je me déplaçai lentement, sans vraiment chercher à le voir. S’il voulait rester caché, c’était son choix après tout. Je n’avais même pas pris le temps d’enfiler une chemise ou une veste sur mon pantalon noir, avant d’aller faire mon tour habituel en évitant de me faire repérer. J’étais connu pour être mystérieux, terrifiant et… discret. J’aurais pu lui dire autre chose, j’avais opté pour la vérité. Je continuai sur ma lancée :


- Tu veux des réponses à tes questions ? Tu te demandes pourquoi j’ai construis cet étrange monde ? Tu crois que j’enferme tous ces enfants contre leur gré ? Sais-tu qu’ils sont libres d’aller où bon leur semble ? Je ne les séquestre pas, je ne profite pas d’eux. Je connais ma réputation, la vérité est toute autre. Mais peut-être ne veux tu pas me parler ?




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Ven 2 Mar - 12:09


Imaginez la frayeur que la jeune fée ressentit en imaginant qu’il aurait pu à nouveau faire face à une demoiselle. Mais l’apparition qui fit irruption dans la pièce était d’une toute autre nature. Et pour tout vous avouer, elle surprit le jeune homme-fée au plus haut point. S’il y avait bien une seule personne à laquelle il n’aurait jamais pensé, ce fut au maître des lieux en personne. Sa minuscule bouche s’arrondit en un « o » parfait alors qu’il voletait toujours vers le plafond. Il l’entendit se présenter avec ironie alors que les joues de la dite-fée devinrent pivoines. Non seulement il avait été entendu mais en plus, on se moquait de lui. Par la barbe de Merlin, il n’allait pas se laisser faire et il allait lui faire avaler ses mots à ce maître des lieux.
Mais il n’en fit rien. La vue du maître des lieux avec ses nouvelles émotions le statufia sur place. Qu’est-ce que c’était que cela ? Il y avait quelque chose qui enserrait son cœur avec violence et lui procurait une vive émotion. C’était un peu lorsqu’il contemplait la beauté des fleurs, une émotion de ce genre qui le rendait heureux. Était-ce la reconnaissance de la beauté ? Impossible. Un être aussi abject que le maître des lieux ne pouvait être beau. C’était les lois même du manichéisme qui étaient mises en péril si le vil devenait sublime.

Ezra garda le silence et observa le jeune homme qui traversait la pièce. Il regarda son corps presque nu et pâle comme la mort, ses cheveux de jais qui contrastaient terriblement avec cette dernière, lui donnant un air ténébreux. Les mèches de sa crinière tombaient paresseusement sur son visage aux traits fins mais pourtant bien masculin. Un vampire. Le jeune homme-fée avait l’impression de rencontrer une de ces splendides créatures nocturnes. Il l’écouta parler, de sa voix envoutante et suave. Proférer son poison d’une voix presque mélancolique. Il avait l’impression d’entendre une viole. Instrument grave et profond et cette pensée secoua son échine car il adorait la musique.

Mais entendre les paroles n’était pas tout. Bientôt, leur signification atteignit l’esprit du jeune homme-fée qui secoua la tête pour chasser toutes autres pensées. Il avait tellement de questions que celles-ci s’emmêlaient, embrumant son esprit et il essaya de les classer alors qu’il voleta jusque devant le visage du maître des lieux. Il lui lança un air de défi, scintillant de provocation et battant ses minuscules ailes silencieusement alors qu’il déclarait, voulant mettre tout au clair :

« Je n’ai pas peur de toi, maître de ces murs. »

Il croisa les bras, prenant le rôle de l’ange du jugement dernier alors qu’il demandait des explications en essayant de poser ses questions avec le plus de précision possible :

« Pourquoi regrouper ces enfants ici après leur mort ? Pourquoi ne leur laisses-tu pas jouir du repos éternel qu’ils méritent ? Et pourquoi les abandonner si cruellement lorsqu’ils deviennent plus vieux ? Sais-tu que tu leur fait ainsi subir trois morts ? La véritable, ton abandon puis une dernière ? »

Il l’observa calmement, voletant toujours à la hauteur de son visage pour se concentrer sur les perles dorées de son interlocuteur. Les autres questions, celles à son propre sujet attendraient. Il voulait que le maître des lieux prenne le temps de réfléchir à chaque réponse pour qu’elles lui soient le plus compréhensibles.
Assurément non, Ezra n’aimait pas le maître des lieux et sa beauté immortelle n’y changerait rien. Mais il était curieux, il voulait comprendre ce qu’il lui arrivait et il essayait de garder son calme pour ne pas céder à cette boule qui le tiraillait au ventre depuis son arrivée ici. Il la sentait remonter lentement, menaçant de le réduire au silence. La boule du désespoir, paraissait-il. Le jeune homme-fée ne comprenait pas encore toutes les émotions mais celle-ci, il savait pertinemment qu'elle était dangereuse et qu'elle risquerait de l'engloutir à tout jamais...

Spoiler:
 

Spoiler n°2 de la part d'Abby:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 0:41









Naissance d’une fée.


Ainsi, c’était bien la fée qui avait parlé. Si je ne faisais pas d’erreur, Ezra O’Dubhda se trouvait à présent à la hauteur de mon visage pour m’annoncer qu’il n’avait pas peur de moi, le Maître des Lieux. Qu’étais-je censé répondre à cela ? Je le laissai finir de parler, puisqu’il n’avait pas fini. Lorsque ce fut à mon tour, je lui dis simplement :


- Pourquoi devrais-tu me craindre ? Parce que tu deviens une petite fée la nuit ?


Il était en effet petit. Sa taille ne m’empêcha pas de le voir, et si mes souvenirs étaient exacts, il pouvait avoir la taille qu’il souhaitait. Alors, pourquoi aurait-il peur de moi ? J’avais vraiment une sale réputation. J’eus un air songeur, l’espace d’un instant, comme si quelque chose me revenait à l’esprit, et c’est ainsi qu’en une seule réponse, je répondis à toutes ses questions :


- Pourquoi ne demandes-tu pas ça au véritable Maître ?


Alors là, c’était le gros délire. D’abord, Abby Williams qui me rend aussi doux qu’un agneau… et maintenant, cette fée qui me rend fou. Qu’est-ce que c’était que cette connerie, que je venais de sortir. J’étais le Maître des Lieux. Je secouai la tête et repris bien vite :


- Ils reprennent vie ici, je n’y suis pour rien. Tu crois vraiment que j’organise leur mort pour qu’ils viennent à moi ? D’abord, ils meurent d’une façon stupide et ensuite… ils atterrissent ici en revenant à la vie.


Les abandonner ? Ils étaient simplement trop grands pour continuer de vivre dans la Maison de Poupées. Il n’avait donc pas compris ce qu’il se passait ici ? Moi-même, je n’étais plus très sûr. Le doute venait de ma connerie que j’avais sortie quelques instants plus tôt. C’était tellement ridicule.


- Je les abandonne ? Ils vivent dans le Vieux Manoir, qu’y a-t-il de mal à ça ? Les enfants grandissent, ils deviennent des adultes et n’ont donc plus besoin de moi.


Je leur faisais subir trois morts ? Non, c’était faux. Il ne savait rien, il ne pouvait pas me dire ça. Et pourquoi m’en rendre le seul coupable ? Je n’étais pas d’accord avec la fée :


- Je ne suis pas responsable de leur première mort. Tu es mal renseigné. Comment pourrais-je les tuer ? Il n’y a que le véritable Maître qui peut faire une telle chose…


Je pris un air confus, qui se transforma en air stupéfait avant que je ne me reprenne :


- On ne discute pas ses ordres, on les exécute sans se poser de question sinon...


Je reculai de quelques pas, ne comprenant pas ce qui m’arrivait. J’étais un vampire, bordel. Non, là je n’étais qu’un simple humain. Comment le savoir ? Je n’avais pas l’heure sur moi. Ce n’était pas normal. Des souvenirs, de lointains souvenirs refirent surface, ce n’était pas bon. Ce n’était même pas mes souvenirs. Je me retrouvai bientôt le dos appuyé contre la porte de la Salle Commune. Je chassai tout ce bordel de mon esprit en secouant la tête un peu plus violemment que la première fois, avant de lever mes mains à la hauteur de mon visage pour les contempler : Elles tremblaient. La fée, c’était elle la responsable :


- C’est toi. Je deviens fou en ta présence.


Trois morts. J’étais mort une fois, j’avais atterrit ici, tout comme mes enfants, à un détail près : Ce monde était en ruines, la Maison de Poupées l’était, le Vieux Manoir aussi, et d’autres lieux. Je les avais rénovés seul au début, puis avec mes serviteurs et mon jumeau… non, ce n’était pas possible. Il n’était plus là depuis longtemps… qu’est-ce que c’était que ce délire ? Je me retournai, tournant le dos ainsi à la fée, et cogna ma tête contre la porte en répétant comme une léthargie :


- J’suis pas mort, j’suis pas mort, j’suis pas mort…




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 11:27

Il fallait dire qu’Ezra s’était à peu près attendu à toute sorte de réactions face à ses questions. Mais… Pas celle-la. Oubliant totalement la provocation faite sur sa petite taille quelques instants auparavant, il se contenta de répéter stupidement :

« Le véritable maître ? »

Sa petite bouche s’arrondit de surprise. Un autre maître ? Se moquait-il de lui en cherchant à se décharger sur une autre personne, inventant un personnage pour lui clouer le bec ?
Il écouta ensuite la suite, voulant savoir de quoi voulait parler le maître des lieux mais ce dernier n’était apparemment pas décidé à approfondir sa réponse pourtant mystérieuse. Il répondit aux autres questions du jeune homme-fée, lui arrachant un froncement de sourcils au passage. Ezra prit sur lui pour ne pas l’offenser en lui coupant la parole mais son ton devint sévère et sans appel alors qu’il rectifiait les dires du maître :

« Ne te mets pas ainsi dans le rôle d’une victime, maître de cette monstrueuse maison de poupées. Je n’ai jamais insinué que tu tuais ces enfants. J’ai seulement dit que tu leur faisais subir trois morts de par tes actes. La véritable, la naturelle, la première… Appelles-la comme tu le veux, je n’ai jamais dit que c’était de ta faute. »

Il l’inspecta de haut en bas avant de continuer :

« En revanche, j’affirme que les deux autres sont produites à cause de toi. »

Mais le maître des lieux, dont il ne connaissait toujours pas le nom ne semblait pas l’écouter, il avait l’air d’être troublé par quelque chose et il continua de répondre aux questions de la fée sans même l’écouter.
Un peu perplexe, Ezra lui prêta donc attention et sa réponse l’offusqua alors qu’il déclarait avec véhémence :

« Comment oses-tu décider que les enfants n’ont plus besoin de t… »

Il ne l’écoutait plus et il venait de lui couper la parole pour continuer à parler. Ezra soupira avant d’écarquiller à nouveau les yeux :

« Mais qui est donc ce mait… »

Il ne put finir sa phrase car un air de folie pure commençait à se dessiner sur le visage du maître alors que son débit devenait de plus en plus rapide. Il semblait se rendre compte de quelque chose. Mais de quoi ?
Le maître des lieux observait ses mains avec un air apeuré et l’homme-fée les regarda à son tour : il tremblait. Que se passait-il ? Il semblait terrifié. Mais qu’est-ce qui pouvait effrayer cet homme ? Il ne se vexa pas lorsque le brun l’accusa d’être la cause de sa folie, bien trop préoccupé par son état.

Il se passa alors quelque chose qui parut complètement irréel et fantastique au jeune homme-fée, ce qui était plutôt ironique au vue de sa condition d’être initialement intangible. Ne réagissant tout d’abord pas, il regarda le maître des lieux lui tourner lentement le dos avant de… Se frapper la tête contre la porte, comme s’il cherchait à se punir ou à se réveiller ou… Ezra secoua la tête. C’en était fini des hypothèses. Si le maître des lieux cherchait à se moquer de lui, par la barbe de Merlin, il en verrait de toutes les couleurs !

Fronçant les sourcils, la petite fée voleta jusque cet homme pour qui elle n’éprouvait aucune sympathie et elle tira sur son col en essayant de l’empêcher de continuer. Mais la litanie prononcée par le jeune homme brun et son désespoir évident finirent par l’émouvoir. Il soupira et reprit son apparence humaine avant d’enlacer tendrement le maître des lieux, prenant le rôle de père pour celui qui se considérait comme étant celui de tous les enfants de ce manoir. Beaucoup plus corpulent maintenant, il tenait entièrement dans son dos alors que ses mains se croisaient sur le torse nu de celui dont les cheveux étaient de jais. Il susurra alors avec douceur à son oreille :

« Tu n’es pas mort. Calme-toi donc. Tu n’es pas mort. »

Le jeune homme-fée prit instinctivement son rôle de distributeur de bonheur très au sérieux et il glissa une de ses mains dans les cheveux bruns du jeune homme. Il laissa les mèches glisser entre ses doigts alors qu’il le caressait gentiment et il continua :

« Et le fait que je puisse te toucher le prouve. Le fait que tu ressentes mes mains autour de toi le prouve. Car les morts ne sentent plus rien. »

Le regard clair du jeune homme-fée se chargea de tristesse. Il pensait avoir bien réagit mais comment faire lorsque celui dont il avait décidé de faire sa Némésis se trouvait être si désespéré et si torturé entre ses bras ? Il avait beau être en colère contre lui, il n’était pas cruel pour autant et il ne pouvait rester de marbre devant la tristesse d’autrui. Il décida de ravaler ses questions un instant et de prendre soin de cet être brisé qu’il tenait contre lui, ne doutant plus un instant de la sincérité du maître des lieux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 13:25









Naissance d’une fée.


Je n’avais jamais levé la main sur l’un de mes enfants, c’était le rôle du Maître. L’autre Maître. Moi, je n’étais que le Maître de cette Maison de Poupées. Les deux autres ? Mon abandon, leur mort soudaine au Vieux Manoir parce qu’ils dépérissaient sans moi ? Quel âge avais-je pour qu’ils me considèrent comme leur père ? Je ne m’en souvenais plus. La trentaine était l’âge qui me venait à l’esprit, étais-je aussi vieux ? C’est à peine si je me préoccupais des paroles de la fée. S’il savait… ce n’était pas moi qui prenais les décisions, c’était le Maître, notre Maître à tous. Il existait un être bien plus sombre que moi, et ça, nul n’en avait conscience. Pourquoi les enfants auraient besoin de moi ? Ne sont-ils pas majeurs pour la plupart d’entre eux ? Même adolescents, ils savent très bien se débrouiller. Il n’y avait aucun danger dans la Maison de Poupées. J’étais peut-être le seul être dangereux pour eux… j’étais loin d’être celui que l’on pensait, à être soudain terrifié par des souvenirs qui refaisaient surface. Ce n’était pas possible. Je n’étais pas mort. C’est ce que je me tuais à répéter, telle une léthargie, en me cognant la tête contre la porte de la Salle Commune. La réalité faisait mal, à revoir des images en vrac, sans parvenir à les remettre dans l’ordre. C’est à force de donner des coups dans la porte que la lumière commença à s’installer dans mon esprit. Le soupir poussé par la fée ne me fit aucun effet, je continuai de cogner, comme si j’étais devenu fou. Je sentais bien sa présence, derrière moi, et je mis du temps à me rendre compte que je ne pouvais plus me faire de mal : Des bras, ceux de la fée évidemment, puisque nous étions seuls dans la Salle Commune, m’avaient enlacé. J’étais toujours dans le mauvais sens : Mon dos s’était retrouvé appuyé contre le torse de la fée, qui avait grandie pour retrouver sa forme normale. Je n’étais pas mort ? Il n’en savait rien. Pourquoi me rassurait-il donc en me disant ça ? Un souvenir refit surface : Celui du Maître, l’autre, qui me retenait dans ses bras le temps de me mordre le cou pour me vider de mon sang et faire de moi le vampire que j’étais devenu à la nuit tombée. Je ne me rendis pas compte que la fée caressait mes cheveux, je n’entendis pas ses paroles. Je réagis soudain en le repoussant pour déclarer


- Je suis bel et bien mort, puisqu’il m’a vidé de mon sang. Pourquoi est-ce que je reste humain malgré ça ?


De nouveau libre, je pus me remettre à cogner ma tête contre la porte de la Salle Commune, comme si je cherchais à faire surgir d’autres souvenirs. Que s’était-il passé ? Qu’est-ce que j’étais devenu ? Qui j’étais avant de devenir le Maître de la Maison de Poupées ? Et pourquoi je réagissais ainsi ? Je devais être mauvais, pas devenir une pauvre loque qui tentait de rassembler des souvenirs. C’était tellement irréel… j’étais le Maître. J’avais beau tenter de faire rentrer ça dans ma tête, rien n’y faisait. C’était le délire. La fée ne pouvait rien faire pour moi, elle aura beau tenter tout et n'importe quoi, je crois qu'il n'y avait plus rien à faire : J'étais perdu.




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 14:07

Le maître des lieux ignora Ezra. Pire, il le repoussa. Chutant en arrière, le jeune homme se mordilla nerveusement la lèvre inférieure en observant sa Némésis rentrer dans une crise de folie aigüe. Que faire ?
Il pourrait le laisser se calmer seul mais le jeune homme-fée avait peur que la situation empire et l’abandonner ne serait peut-être pas la meilleure solution. Il l’écouta alors calmement, réfléchissant à ses paroles en tentant de trouver une réponse à ses questionnements. Ce n’était pas comme s’il pouvait vraiment l’aider, tout lui paraissait à la fois si logique et complètement barré qu’il ne savait plus quoi penser.

Ezra entra dans une profonde réflexion qu’il ne put malheureusement pas prolonger. En effet, le jeune homme se maltraitait encore la tête contre le mur. Soupirant à nouveau, le jeune homme-fée eut l’impression de s’occuper d’un enfant et il attrapa doucement mais fermement le poignet de son interlocuteur avant de le forcer à quitter le mur, l’attirant à lui d’un coup sec. Il se positionna entre le mur et le maître des lieux et posa ses mains sur ses joues, plongeant ses prunelles claires dans celles dorées de sa Némésis. Il resta un moment silencieux avant de déclarer :

« Calme-toi maître de ces lieux. »

Il glissa une main sur son visage pour fermer ses paupières et il l’enserra à nouveau dans ses bras, blottissant la tête du jeune homme torturé dans son torse. Il avait la vague impression d’être un peu ridicule ainsi, car son corps était à peine plus large que la tête du maître des lieux puisque ce dernier était beaucoup plus grand que lui. Mais il jugea ce genre de détails inutiles dans ces circonstances. Il parla d’une voix douce et le berça comme un enfant :

« Inspire doucement. Reste un moment avec l’air dans tes poumons puis expire. »

Il caressa à nouveau ses cheveux, continuant :

« Inspire à nouveau, plus profondément. Tu sens l’air inonder tes poumons. Tu peux expirer. Recommence encore. »

Inconsciemment, il savait que ces exercices sur la respiration pourraient l’aider s’il l’écoutait. Ce fut seulement après qu’il ait veillé à ce que le maître des lieux ait exécuté ces exercices qu’il reprit la parole :

« Un mort ne respire pas. Tu ne peux donc pas être mort. Crois-moi, je sais très bien ce que c’est qu’un mort et tu es loin d’en être un. Tu raisonnes, tu es terrifié, tu paniques. Un mort est bien incapable de tout cela. »

Après mûre réflexion, il décida de répondre à sa question. Il voulait lui signifier ce qu’il pensait être logique et il espéra ne pas le choquer :

« A mon avis… S’il t’a vidé de ton sang et que tu es vivant, c’est qu’il a décidé de faire de toi l’un des siens. Si tu penses avoir vraiment trépassé, c’est fort possible mais je peux bien te certifier que ce corps que je tiens contre moi n’est pas un cadavre. Peut-être subis-tu aussi la même malédiction que les enfants ? Humain le jour, vampire la nuit ? Ou demi-vampire, que sais-je ? »

Il finit par conclure, le serrant plus fortement contre lui :

« Mais tu n’es pas mort. Alors reste calme, d’accord ? »

Il espérait avoir pu l’aider. Les fées étaient sensées apporter le bonheur mais était-il véritablement capable de faire ça ? Avait-il la force de pouvoir réconforter quelqu’un et d’essayer de lui donner un peu de bonheur, et ce, même si c’était à sa propre Némésis ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 19:33









Naissance d’une fée.


J’avais repoussé la fée qui était tombée en arrière dans la brutalité de mon geste. J’étais vraiment devenu fou, et j’allais finir par ne plus avoir de front, à me cogner la tête contre la porte de la Salle Commune. Je sentis une main agripper mon poignet et me tirer d’un geste sec pour m’écarter du mur. J’imaginais que c’était pour éviter que je continue de me faire du mal, et c’est ainsi que je me retrouvai contre lui, à la place de la porte. J’avais l’esprit encore trop embrumé pour réagir, c’est ainsi que je demeurai toujours immobile lorsqu’il encadra mon visage de ses mains. S’il me contemplait de ses yeux vert, il avait du constater que mon regard était vide. Il n’y avait plus aucun éclat à l’intérieur de mes prunelles dorées. Il demandait au Maître de se calmer, qui était réellement le Maître ? J’étais Shakunt Luca. Bien que la fée fût plus petite que moi, j’avais trouvé le moyen d’être bien, calé dans ses bras grâce à lui. Il ne devait pas apprécier mon regard, qui manquait d’éclat, puisque d’une main, il ferma mes yeux comme on le ferait pour un mort. Il m’avait serré contre lui, et mon visage s’était retrouvé contre son torse. C’est lui qui jouait le rôle du père, moi celui de l’enfant. Inspirer et expirer ? Si je n’étais pas dans un sale état, j’aurais volontiers éclaté de rire : Comment reprendre ma respiration, si j’avais ma tête de moitié cachée dans son torse ? Il devait s’attendre à ce que je suive ses conseils, qui étaient censés me calmer. Je dégageai légèrement mon visage, et la première fois ne fut pas une réussite. Les deux autres fois furent bien mieux. Lorsqu’il en eut fini avec ses conseils, il m’affirma que je n’étais pas mort. En effet, comme je pouvais respirer, je ne pouvais pas être mort. Le fait est que j’étais pourtant bien mort une fois. Le Maître m’avait abandonné comme j’avais abandonné mes enfants, à un détail près : Il m’ordonnait de faire certaines choses lorsqu’il avait besoin de moi, j’exécutais ses ordres. S’il pensait me surprendre dans la suite de ses propos, il n’était pas loin de la vérité. Un de ses siens ? La malédiction ? Il devait parler des métamorphoses. Je devenais bel et bien un vampire la nuit. Rester calme ? Impossible. Le souvenir d’un jeune homme blond aux yeux bleus, tout le contraire de moi donc, refit surface. Indra Luca, mon jumeau. Ne l’avais-je pas enfermé dans le Vieux Manoir ? On s’était violemment disputé, avant que je ne finisse par l’entraîner de force là-bas. Je ne l’avais jamais revu depuis, et comment aurais-je pu, avec ma mémoire qui était en train de flancher ? Tant de souvenirs en si peu de temps, ça paraissait invraisemblable. Je devais peut-être libérer Indra Luca. Si je le faisais, je désobéirais aux ordres, il ne le fallait pas, en aucun cas. J’étais resté silencieux, il était peut-être temps que je dise quelque chose :


- Je ne suis le Maître que de la maison de poupées… à moins de ne plus être grand-chose. Shakunt Luca, je me souviens au moins de mon nom.


Indra Luca, mon jumeau. Pourquoi le Maître m’avait ordonné de me débarrasser de lui ? Je ne m’en souvenais pas. J’étais prêt à cogner de nouveau ma tête contre la porte de la Salle Commune, au lieu de ça, je la tapais contre le torse de la fée. Il avait beau tenter de m’aider, j’étais toujours aussi perdu, et je ne l’aidais pas dans sa besogne. Je sentis qu’il fallait que j’aille au Vieux Manoir, libérer Indra Luca, mais pourquoi ? La menace d’un danger ? J’étais le seul à craindre ici, tout ça n’avait aucun sens. Le Maître, l’autre, était bien plus dangereux. Est-ce qu’il préparait quelque chose ? Il me préviendrait, sauf s’il compte se débarrasser de moi parce que j’ai recouvré une partie de ma mémoire, mais il n’est pas censé être au courant puisque ça vient de se produire. Je relevai la tête pour croiser le regard vert, ou gris je ne savais plus, de la fée. Il ne m’abandonnait pas, comme je l’avais abandonné ou comme j’avais abandonné les autres, mes enfants. Il fallait que je me reprenne avant de sombrer dans la folie, là j’allais vraiment être perdu. Pour le moment, j’étais surtout perdu dans le regard de la fée…




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 20:31

Il était vrai que l’éclat doré des yeux du jeune maître des lieux n’avait pas la même intensité que d’habitude. Ils ne possédaient pas la même flamme que les vivants, ils semblaient éteins comme ceux d’un mort. Ezra avait donc tenté de le calmer par des exercices de respiration mais il fallait se rendre à l’évidence, le jeune homme était bien trop perturbé pour réussir à se ressaisir. Clochette décida donc de l’aider du mieux qu’il pouvait, prenant soin de réfléchir à ses questions pour y répondre par des hypothèses. Il voulait ainsi le rassurer, lui prouver qu’il n’était pas mort et que tout irait mieux. Il n’était pas sûr de comprendre pourquoi mais il ne pouvait se résoudre à abandonner cet être si fragile que tout le monde craignait pourtant. Il l’enserra plus fortement dans ses bras, ayant peur de le voir disparaître s’il ne le couvait pas assez de sa chaleur nouvellement humaine.

Le maître des lieux avait l’air dans ses pensées, il n’osa donc pas le déranger et il le regarda patiemment. Tant qu’il ne se frappait pas la tête, pour Ezra, c’était une bonne chose. Il l’observa se plonger dans son mutisme et lorsque celui dont les cheveux possédaient une magnifique couleur jais ouvrit à nouveau la bouche, l’homme-fée resta tout d’abord muet de surprise. Il lui avait dévoilé son nom ? Ainsi donc, le maître des lieux avait bel et bien un nom. Frissonnant devant l’importance de cette révélation, Ezra se rendit compte que c’était donc vraiment un humain qu’il avait face à lui. Il hocha tout d’abord la tête puisque le dénommé Shakunt était repartit dans ses pensées et il n’osa prononcer un mot de peur de le déranger.

Mais voilà que le maître des lieux semblait à nouveau torturé et qu’il cherchait à retrouver ses pensées. Avant même qu’Ezra ne put comprendre ce qu’il se passait, le jeune homme frappa violemment sa tête contre son torse, lui coupant le souffle au passage. Restant silencieux, Ezra essaya de reprendre son souffle alors qu’il se pliait instinctivement en deux. Il finit par relever le regard et se retrouver tout près du visage du beau brun. Hypnotisé par son regard d’or, il resta tout d’abord immobile et silencieux alors que ses lèvres vermeilles s’entrouvraient légèrement de surprise. Puis ces dernières s’étirèrent en un doux sourire alors qu’il prononçait avec légèreté :

« Ravi d’entendre ton nom Shakunt Luca. »

Il y avait tant d’incompréhension, de douleur et de faiblesse dans le regard qui lui faisait face qu’Ezra n’y tint pas et qu’il déposa ses deux lèvres-papillons sur le front meurtri de son interlocuteur avant de déclarer :

« Bisou magique. J’espère qu’il te permettra de réfléchir mieux aussi. »

Il recula son visage de quelques centimètres alors que son regard devint plus grave et plus inquiet et il reprit bien vite son sérieux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 21:22









Naissance d’une fée.


J’y avais été trop fort en cognant le torse de la fée, par mégarde, de ma tête : La fée s’était momentanément pliée en deux. Il était vraisemblablement ravi d’entendre un nom, le mien en l’occurrence et il ne manqua pas l’occasion de me le dire. Il déposa un léger baiser sur mon front, qui ne devait pas être beau à voir. Un bisou magique ? J’avais eu le temps de voir l’expression de son visage, à la fois grave et inquiet, puis sérieux. Il était redevenu tout simplement sérieux. Je pris la parole :


- Je ne mérite plus d’être le Maître, et tout le monde a un nom.


J’en étais tellement persuadé, que je ne terminai pas la fin de ma phrase par une question, pour avoir une confirmation. Si j’étais connu pour être lunatique, c’était bien le cas : Je changeai d’humeur selon la situation du moment. J’étais passé de mauvais à fou, et de fou je devins soudainement lucide comme si j’avais déjà oublié tous ces souvenirs qui avaient refait surface. Pour finir, j’affichai un air inquiet, et m’écartant légèrement des bras de la fée, je soulevai lentement son haut pour contempler son torse. Je déposai une pluie de baisers pile là où j’avais cogné ma tête avant de déclarer :


- Bisous magiques, pour effacer cette vilaine marque.


Preuve que j’y étais allé beaucoup trop fort. Je ne résistai pas à l’envie de poser ma main sur son torse, pour la promener rien qu’à cet endroit. Je rapprochai mon visage du sien, comme il s’était reculé, rien que pour poser mes lèvres sur les siennes. N’y tenant plus, je l’embrassa carrément. Ma langue chercha la sienne, rien que pour prolonger le baiser quelques secondes de plus. Je ne fus pas long à cacher mon visage au creux de son épaule, gêné. Mes joues me brûlaient, signe qu’elles avaient rougi, mais quelque chose de bien. La fée ne pouvait pas remarquer mon embarras, j’avais été trop rapide pour me mettre à l’abri. J’attendais l’orage, qui n’éclata pas. Il n’était donc pas furieux par mon geste ? Je n’osais même plus bouger. C’était la meilleure : Moi, le Maître des Lieux, confus au point d’en être timide. Je bafouillai maladroitement :


- Pardon… je ne sais pas… ce qui m’a pris...




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Sam 3 Mar - 23:07

Eh bien, il avait pété un sérieux boulon, le maître des lieux. Et Ezra le ressentit plus clairement lorsque ce dernier affirma qu’il ne méritait plus d’être le maître de ces lieux. Il soupira, ayant l’impression de faire une leçon à un enfant alors qu’il ouvrait la bouche pour demander patiemment :

« Et si tu ne l’es plus, qui le sera ? »

Il le regarda se défaire de son étreinte, étant un peu inquiet à l’idée d’une rechute et il croisa les perles d’or du maître des lieux qui possédaient un éclat préoccupé. Se demandant donc ce qui pouvait le turlupiner à ce point, il ne tarda pas à obtenir la réponse lorsque ce dernier lui souleva le haut.
Bien trop surpris pour réagir, le jeune homme-fée se laissa faire alors que Shakunt observait son torse mais… Il ne put retenir un léger gémissement de surprise alors que la bouche douce et brûlante du maître des lieux s’abattit sur son torse pour y déposer une myriade de baisers. Rougissant immédiatement, Ezra se crispa sans trop savoir quoi faire, ni comment le repousser et il écouta son souffle se couper alors que son cœur s’était mis à danser la macaréna dans sa poitrine.
La justification le rassura un peu et il bégaya doucement :

« Ah… Je… Merci… »

Ah bah oui, quel idiot ! Il voulait juste le remercier de prendre soin de lui alors il testait le coup des bisous magiques. Mais à un endroit comme celui-là, tout de même… C’était vraiment décent ?
Mais une main se posa à nouveau sur son torse, toujours dénudé puisqu’il n’avait pas eu le temps de rebaisser son tee-shirt. Il sursauta doucement, légèrement effrayé et il frissonna alors que toutes sortes de sensations se mélangeaient dans son corps. Une chaleur agréable commençait à poindre dans son bas-ventre alors que son torse frémissait de lui-même sous les caresses et que ses lèvres bougeaient dans tous les sens, comme si elles voulaient transmettre un message muet. Il était tellement pris par tout cela qu’il ne comprit tout d’abord pas ce qu’il se passa ensuite.

Quelque chose de doux et de moelleux s’était posé contre ses lèvres et une trompe de papillon géante, brûlante et mouillée s’enfouit dans sa bouche. Ezra resta sous le choc, ne sachant absolument pas comment réagir alors que sa respiration devenait saccadée et paniquée. Il voyait le visage de Shakunt beaucoup trop près de lui et avant même que son esprit ait pu formuler les mots « un baiser », la sensation avait déjà disparue alors que le maître des lieux se réfugiait dans son cou pour se confondre en excuses.
Ezra resta tout d’abord incapable de prononcer le moindre mot et il se mit à trembler violemment. Il porta sa main frémissante à ses lèvres qui continuaient de s’agiter silencieusement et appuya deux doigts dessus alors qu’il sentait encore le goût du brun et son empreinte sur ses lèvres.

« Ah… »

Il voulut hurler de terreur, s’enfuir dans un petit trou de souris et retirer toutes ces émotions qui s’emparaient de son corps et il murmura précipitamment et presque imperceptiblement :

« Les fées ne ressentent pas d’émotion… Les fées ne ressentent pas d’émotion… Les fées ne ressentent pas d’émo… »

Il se tut, sachant pertinemment que tout était désormais faux pour son cas. Se mordillant la lèvre, il baissa piteusement le regard alors que ses joues avaient prises une belle teinte carmin. Baissant brusquement son haut pour recouvrir son torse, il resta un moment hésitant puis il glissa doucement ses doigts dans les cheveux de Shakunt :

« C-ce n’est pas grave… M-mais… Préviens avant. J’ai eu la frousse de ma vie ! »

Ezra caressa ses cheveux, toujours de cette manière rassurante et paternelle et il resserra légèrement son étreinte autour du maître des lieux, priant pour que celui-ci n’aperçoive pas sa teinte pivoine et son air bouleversé. Il continua :

« Ce n’est rien, tu étais un peu bouleversé et je t’ai aidé alors tu as sans doute… Essayé de témoigner ta reconnaissance à ta manière ? Peut-être… »


Le ton de sa voix baissait de plus en plus au fur et à mesure de ses paroles et il s’empêcha de soupirer, ne voulant pas blesser Shakunt. Décidemment, quelle soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Dim 4 Mar - 0:25









Naissance d’une fée.


Qui sera le Maître, si je ne mérite plus de l’être ? Il m’avait vraiment posé cette question ? Je l’avais contemplé sans vraiment le voir, à nouveau perdu. Le Maître, c’était l’autre. Je n’avais que le rôle du Maître de la Maison de Poupées, qui aurait le contrôle de cet endroit, si je me défilais ? La réponse me semblait évidente :


- Le Maître. Il est plus dangereux que moi. L’autre Maître.


Je n’avais pas remarqué les joues rouges de la fée, lorsque j’avais déposé de légers baisers sur son torse. J’avais juste constaté que sa respiration avait changé lors du baiser. Il s’était ensuite mis à trembler, pour une raison qui m’échappait. J’en vins à me demander si je n’avais pas commis une gaffe… un simple « Ah… » fut prononcé par la fée. Je l’entendis ensuite lâcher une léthargie, tout comme je l’avais fait tout à l’heure : Les fées ne ressentent pas d’émotion. Je n’avais pas relevé la tête pour voir le visage cramoisi de la fée. Je fis glisser ma joue, qui était posée au creux de son épaule, jusqu’à son cou, puis jusqu’au niveau de son cœur. Ce dernier battait un peu trop vite. Je déclarai alors :


- Si tu ne ressens rien, pourquoi ton coeur bat la chamade ?


Il n’eut aucune réaction, jusqu’à ce que je sente sa main dans mes cheveux, qui avait repris les caresses. Je ne m’étais même pas rendu compte qu’il avait rabaissé son haut, tellement son état commençait à m’inquiéter : D’où venaient ces tremblements ? J’avais du l’effrayer. Est-ce que j’étais redevenu mauvais ? Peut-être pas, vu ce qu’il venait de me dire. Il fallait que je le prévienne avant. Avant quoi ? J’avais de nouveau cet air perdu, et puis je compris : Le prévenir avant de l’embrasser. C’était tout con. Un peu bouleversé ? J’aurais dit : Beaucoup bouleversé. Témoigner ma reconnaissance en l’embrassant ? Si je devais témoigner une telle reconnaissance à tous ceux qui m’aidaient… je n’étais pas sorti de l’auberge. Pour le moment, seule la fée m’avait aidé parce que j’étais devenu fou, à cause de ces satanés souvenirs. La mémoire qui revenait… c’était douloureux. J’avais le sentiment qu’il se passait quelque chose, en dehors de la Maison de Poupées, ce n’était pas ce détail, qui était peut-être important, qui me fit réagir. Je restai dans les bras de la fée. Je pris brusquement conscience qu’il s’occupait de moi, comme j’aurais du m’occuper de mes enfants. S’il ne ressentait rien, pourquoi agissait-il ainsi ? C’était une preuve de plus qu’il était capable d’avoir des sentiments.

Je l’avais arraché de son monde, lui faisant ainsi découvrir ce qu’étaient les sentiments. Le seul problème, c’est qu’il les découvrait lors de ma folie passagère. Je n’étais décidément pas un père pour des enfants qui me considéraient comme tel. J’avais été injuste, peut-être même cruel, pour avoir séparé la fée des siens. Et pourtant, il était là, à s’occuper de moi.

Le visage de mon jumeau, l’un des souvenirs qui était revenu à la surface, me revint à l’esprit. C’était signe de danger ? Est-ce que je devais le libérer maintenant ? Non. Je ne pouvais pas, le Maître, l’autre, n’allait pas être enchanté. Si jamais Indra Luca était en danger, dans le Vieux Manoir, peut-être fallait-il que je m’y rende, rien que pour être rassuré sur son sort… mais à quoi bon, après toutes ces années de séparation ? Il allait m’en vouloir et n’allait jamais me croire si je lui disais que j’avais perdu la mémoire, que je l’avais oublié.


Je chassa toutes ces pensées aussi saugrenues les unes que les autres pour redresser légèrement la tête, rien que pour déposer un baiser dans le cou de la fée, avant de me recaler un peu mieux contre elle. Je n’avais pas relevé depuis le début, mais je trouvai son corps aussi froid que le mien lorsque je devenais un vampire, mais je me faisais sûrement des idées…




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Dim 4 Mar - 12:19

Il y avait donc bien effectivement un autre maître. Ezra ne comprenait pas vraiment quelle pourrait être l’utilité d’avoir deux maîtres mais il semblait y avoir une hiérarchie et Shakunt se présentait comme étant le sous-fifre. Le jeune homme-fée ne douta pas un seul instant de ses paroles, tout prêt à le croire maintenant et il se contenta de hocher la tête tout en se penchant dans des réflexions connues de lui seul. Il essayait de remettre toutes les informations qu’il avait sur ce lieu dans l’ordre et, plus il y réfléchissait, plus tout lui paraissait obscure et trouble.

Les attaques subites furent subites par un Ezra tout bouleversé à l’idée de ressentir des choses lorsque les mains ou les lèvres de cet homme se promenaient sur son corps. Son cœur battait à toute vitesse et il essayait de se raisonner en se souvenant que les fées ne ressentaient aucunes émotions. Qu’est-ce que c’était effrayant ! Cette chose impressionnante qui capture votre cœur, le réduit en bouillie et vous fait ressentir des choses plus grandes que vous. Le jeune homme-fée comprenait maintenant pourquoi certains hommes se vouaient autant à la religion. Lorsque ce genre de tourments vous prend au corps, vous ne pouvez que croire que c’est là l’effet d’une force supérieure.
D’une lucidité presque cruelle et franchement déstabilisante, Shakunt lui demanda pourquoi son cœur dansait la cabriole si les fées ne ressentaient pas la moindre émotion et Ezra en fut tellement chamboulé que ses lèvres refusèrent de prononcer la moindre parole.

Il finit par essayer de se calmer, devant l’accès de honte du maître des lieux qui reniait son propre titre et il tenta de le rassurer du mieux qu’il le pouvait. Préviens la prochaine fois… Non mais quel abruti ! Voilà qu’il lui donnait la permission de recommencer ! Il fallait dire que ce fut plutôt grâce à un effort surhumain qu’il réussit à prononcer les paroles qui résonnèrent dans la salle. Alors le contrôle de leur sens… C’était une toute autre histoire !

Shakunt resta silencieux et Ezra commença à s’inquiéter du fait qu’il puisse être retombé dans une crise de folie. Il s’apprêtait à le secouer un peu lorsque le brun commença à bouger et qu’un papillon moelleux et légèrement humide se posa sur son cou. Frissonnant fortement, le jeune homme n’eut pas le temps de prendre la peine d’étouffer le gémissement de surprise et… D’envie ( ?) qui glissa entre la barrière de ses lèvres vermeilles. Et voilà comment découvrir un de ses points sensibles. Tout chamboulé, il frissonna fortement et releva le regard en recherche d’un échappatoire.

C’est là qu’il croisa son regard.
Jupe longue, cheveux relevés, yeux maquillés, lèvres rougies et charmantes, corps fin et gracieux. Il n’y avait aucun doute possible. Une femme. Elle l’observa avec surprise alors que le sang de l’homme-fée se glaça et commença à avancer dans la pièce, demandant d’une voix hésitante :

« Maître ? »

Alors là, ce fut trop pour le cœur de notre petite Clochette. Il ne put retenir le léger cri qui se coinça ridiculement dans sa gorge pour résonner avec faiblesse dans la pièce :

« Kya ! »


Se cacher. Disparaître. Se transformer en petite souris et ne plus jamais exister.
Ses pensées étaient toutes emmêlées alors qu’il blottit soudainement sa tête dans le torse du maître des lieux, s’accrochant désespérément à ses épaules nues. Il tremblait, terrifié par cette apparition alors que la domestique s’approchait de plus en plus. Il finit par murmurer, presque au bord de l’évanouissement :

« Une femme… Une femme… Éloigne-la… Je hais les femmes ! Je t’en supplie… Éloigne-la… »


Et hop. Une petite crise de gynécophobie histoire d’ajouter un peu de piment à cette soirée déjà fort peu banale. Ezra était complètement terrifié et il n’osait même plus relever le regard, sachant pertinemment qu’il allait tomber dans les pommes si cette femme croisait le sien…

Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Dim 4 Mar - 22:17









Naissance d’une fée.


J’étais en train de tenter d’analyser le gémissement de la fée, qui m’avait paru bizarre parce que je ne parvenais pas à l’identifier, lorsqu’une voix féminine m’interpella :

- Maître ?


Je m’apprêtai à répondre à la servante qui venait de faire son apparition, lorsque j’entendis la fée crier d’une voix faible. Qu’est-ce qui lui prenait tout à coup ? Je ne fus pas long à comprendre lorsque les rôles s’inversèrent : Il était rendu dans mes bras, s’accrochant à moi et je m’aperçus qu’il tremblait encore plus que tout à l’heure. La fée haïssait les femmes. J’avais plutôt l’impression que c’était une phobie, vu son comportement… je décidai de ne rien dire, me contentant de l'enlacer. L’éloigner ? J’étais curieux de savoir pourquoi cette servante nous avait interrompus :

- Que se passe-t-il Inès ?


Je n’eus pas à empêcher la fée de regarder la servante : Son visage était toujours contre mon torse. Je caressai son dos de ma main droite, sans chercher à soulever son haut, tout en écoutant Inès :

- Damoiselle Cannella vous cherche Maître. Selon elle, il se passe quelque chose dans le Manoir Hanté. Elle a senti une présence…


Zoe Cannella, l’une de mes filles. Ainsi, quelque chose se tramait dans le Vieux Manoir ? C’était pour cette raison que ma mémoire revenait ou ce n’était qu’une coïncidence ? Et, est-ce que quelqu’un était en danger ? Je revis le visage d’Indra Luca, mon jumeau, flotter devant mes yeux. Je venais à peine de me souvenir de son existence dans le Manoir Hanté, par ma faute. Il n’allait sûrement pas me pardonner aussi facilement, encore fallait-il qu’il croit à tout ça, qui paraissait être complètement absurde selon moi. Je n’avais plus le choix : Si c’était lui qui était en danger, il fallait que j’agisse. Je ne pouvais pas laisser la fée dans cet état, et je n’avais pas du tout envie de l’abandonner. C’est ainsi que je répondis à Inès :

- Dites à ma fille d’intervenir s’il y a le moindre danger, elle saura quoi faire.


- Très bien Maître.


- Inès ? Si jamais ça tourne mal, prévenez-moi.


Et la servante disparue presque immédiatement après avoir reçu mes ordres. Je ne pouvais pas laisser la fée seule, je ne pouvais encore moins l’emmener avec moi. Il allait croire que j’allais l’enfermer à son tour dans le Vieux Manoir. Pire : Mes filles vivaient dans mes appartements, la fée haïssait les femmes ou en avait la phobie, il était vraiment hors de question qu’il me suive si je devais intervenir. Sa vie serait en danger, je ne tenais pas à ce qu’il y ait un mort de plus. En parlant de ça, j’étais toujours en train de lui caresser le dos. Ce geste n’avait pas stoppé ses tremblements, ils étaient cependant moins violents. Ma main remonta lentement jusqu’à ses cheveux, que j’ébouriffai doucement tout en lui annonçant :

- Elle vient de s’en aller…


J’en vins à me demander pourquoi la fée haïssait les femmes, alors je fis mon curieux en lui posant la question :

- Dis, pourquoi tu hais les femmes ?




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 11:24

Pendant tout l’échange qui s’ensuivit entre la femme et le maître des lieux, Ezra ne put que fermer les yeux et se blottir un peu plus dans ses bras. Il comprit vaguement qu’il y avait un problème dans l’autre manoir et il essaya de se concentrer sur le timbre de la voix calme mais un brin inquiète de Shakunt qui donnait les directives.
Le jeune homme-fée était honteux. Il devait paraître particulièrement idiot à se blottir comme ça contre un homme à moitié nu en couinant comme une demoiselle mais il ne pouvait contrôler son corps, bien trop effrayé par la jeune femme. Il sentit les longues mains du jeune homme se poser sur son corps et caresser son dos et il sentit qu’il frissonnait à travers ses gémissements, également sensible au contact avec le beau brun.

Finalement, le calme s’installa à nouveau dans la pièce. Ezra n’osa pas relever le regard, terrifié à l’idée de croiser à nouveau celui de la jeune femme, ou même celui du maître des lieux qui devait le prendre pour un poltron. Ses tremblements s’étaient certes calmés mais ils devinrent plus violents lorsque la main effleura sa nuque pour se perdre dans ses cheveux aux couleurs de l’automne. Il écouta la voix le prévenir du départ de la dénommée Inès mais il resta encore un moment caché dans le torse du jeune homme.
Prenant une grande inspiration qui s’emplit de l’odeur puissante de Shakunt, Ezra récupéra son courage et il releva le regard. Il avait les larmes au bord des yeux et le visage pivoine, terriblement honteux et encore terrifié par cet évènement. Il écouta la question du maître des lieux, s’y étant naturellement attendu. Pourquoi avait-il si peur des femmes ?

C’est en bégayant qu’il essaya de s’expliquer, n’étant pas sûr d’être particulièrement compréhensible. Il fit de son mieux pour essayer de mettre ses propres pensés au clair et de donner toute l’histoire dans l’ordre chronologique alors que de mauvais souvenirs refaisaient surface :

« Eh bien… C-c’est naturellement récent puisque les fées ne ressentent pas d’émotions. Avant, je me méfiais juste et c’est… Depuis que tu m’as donné ce corps que j’éprouve ce sentiment viscéral qui me paralyse. »

Il se stoppa un moment, se plongeant dans ses pensées mais finit par continuer :

« Dans le monde intangible… Des sirènes se sont mises dans la tête l’idée de me dévorer. Elles ont donc essayé de me charmer de leur chant. Et… Les autres fées étaient un peu trop joueuses avec moi, elles me taquinaient sur mon aspect plutôt féminin. Et il y en avait une en particulier qui avait décidé de faire de moi son mâle et… »

Il dut s’arrêter encore une fois, l’air effrayé par cette pensée. Il s’agrippa au bras de Shakunt pour se rassurer alors qu’il déclarait :

« E-Elle était très insistante. Et lorsqu’elle a compris mon refus… Elle est devenue très menaçante, dirons-nous… »

Il finit par conclure, l’air réellement traumatisé :

« Les femmes sont effrayantes. »

Pauvre Ezra… Naturellement pathétique avec sa phobie des femmes. Il finit cependant par se concentrer sur le sujet d’avant :

« Tu es sûr que ce n’est pas si grave, ce qu’il se passe au vieux manoir ? Vu comment c-cette femme a exposé l’affaire, ça semblait carrément inquiétant ! N’hésite pas à y aller si tu as besoin. Je pourrais te servir de torche. »

Surpris par ses propres paroles, Ezra se rendit compte qu’il venait de proposer ses services à celui qu’il considérait un peu avant comme sa Némésis.

Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 13:59









Naissance d’une fée.


Je contemplai le visage de la fée, qui avait relevé la tête pour me regarder dans les yeux. Il y avait toujours cet air terrifié dans son regard, à cause de la présence d’Inès, qui était partie depuis un moment déjà. Je ne savais pas si je lui avais posé une question indiscrète, pour connaître la raison de cette phobie pour les femmes. Il n’était pas obligé d’y répondre, je ne l’avais pas précisé, mais il me fourni les explications nécessaires pour la réponse à ma question. J’en étais resté muet, à l’idée de savoir qu’une des fées avait tenté de faire de lui son mâle. Est-ce que, par hasard, elle avait tenté de profiter du corps d’Ezra pour parvenir à ses fins. J’en avais resserré mon étreinte, en laissant la fée s’agripper à mon bras. J’étais vraiment un mauvais père, je n’aurais jamais du l’arracher des siens. Même s’il existait un autre Maître, bien plus mauvais que moi dans son rôle, même s’il m’avait fait des choses impardonnables, ce n’était pas pour ça qu’il fallait tout me pardonner. J’étais bel et bien en tort. Je n’avais jamais rien tenté avec une femme, mis à part le fait que j’avais embrassé Abby Williams parce que c’était ce qu’elle voulait, pour finalement me rejeter à cause de son mauvais passé, ce dont je comprenais, ça m’avait juste échappé. Ce n’était pas pour cela que j’étais attiré par l’une d’elles. En fait, je préférais les voir comme mes filles, même si je n’en aimais que trois. Il fallait que je devienne le père que tous ces enfants désirent voir.

Les dernières paroles de la fée me ramenèrent à la réalité, interrompant ainsi le cours de mes pensées. Il pourrait me servir de torche ? Autrement dit, il voulait m’aider si jamais je me décidai à aller au Manoir Hanté. Il n’en était pas question :


- Non, tu n’as pas à t’en mêler. Je ne t’emmènerais jamais dans ce manoir, que ce soit pour aller aider quiconque a besoin de moi pour t’y enfermer.


J’en revenais au sujet d’avant, pour questionner la fée, redoutant la réponse :


- Est-ce que… la fée dont tu m’as parlé t’as fait quelque chose de mal ?


Est-ce que les fées étaient capables de violer quelqu’un ? J’en frissonnai à l’avance rien que d’y penser, mais je ne préférais pas poser directement la question.

Pour en revenir au sujet du Manoir Hanté, je dis simplement à Ezra :


- Zoe est capable de se débrouiller seule, s’il se passe quelque chose de vraiment grave. Elle sait ce qu’il lui reste à faire… la seule chose qui m’inquiète est de savoir mon jumeau en danger, maintenant que je me souviens de lui.


Je me penchai légèrement rien que pour cacher mon visage au creux de l’épaule de la fée, pour songer à autre chose : Je ne la prenais pas pour l’un de mes enfants, il y avait autre chose. Je ne parvenais pas à mettre un terme précis là-dessus. Je n’étais pas doué pour ce qui était de l’amour, ni pour être le père de quelqu’un, la preuve avec les enfants que j’abandonnai dans la Maison de Poupées sans me préoccuper de leur sort. Ma réputation allait en prendre un coup si jamais quelqu’un apprenait que le Maître, moi en l’occurrence, n’avait jamais connu l’amour.

Les souvenirs ne se manifestaient plus, j’étais persuadé qu’ils n’allaient pas tarder à refaire surface, c’était étonnant si j’avais entièrement recouvré la mémoire en aussi peu de temps. Je ne parvenais pas à me dégager de l’étreinte de la fée, je pouvais rester ainsi encore un bon moment. Je n’avais aucune idée de l’heure qu’il pouvait être, il n’était en tout cas pas assez tard pour dormir puisque je n’étais pas métamorphosé en vampire. Qu’est-ce que j’étais censé faire ? J’étais résolu à rester dans la Salle Commune avec la fée, c’était tout ce que je savais. Peut-être qu’elle avait autre chose à faire, si c’était le cas, elle ne devrait plus tarder à me le dire…




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 14:46

Shakunt refusa son aide. Il lui dit qu’il ne voulait pas l’emmener dans le manoir, qu’il n’avait pas l’intention de l’y enfermer. Ezra ouvrit doucement la bouche mais il ne put prononcer la moindre parole. Il se contenta donc de baisser la tête, l’air penaud. Comment lui signifier son angoisse, celle que tous les enfants de ce manoir devaient ressentir. Et pourtant, lui, ne se considérait absolument pas comme un de ces enfants. Il ne voyait pas cet homme, face à lui, comme étant son père. Les fées n’ont pas de parents. Ou du moins, pas d’humains comme parents.

Il ne put exprimer son opinion sur la chose car le maître des lieux lui posait une autre question, revenant sur le sujet de sa phobie.
Le regard clair d’Ezra se voila à cette question et il resta un moment silencieux. Il se rappelait des moments qu’il reconnaissait douloureux maintenant qu’il était capable de sentiments :

« Eh bien… Disons qu’elle savait qu’elle ne pourrait pas me forcer à lui faire un enfant. Je suis un mâle après tout. Une femelle ne peut forcer un mâle ! Mais… Elle a commencé à devenir effrayante. »

Il trembla à cette pensée, l’échine secouée par un long frisson froid et il continua :

« Elle a essayé de m’éliminer plusieurs fois, elle me jouait de mauvais tours… Une fée est très dangereuse lorsqu’on blesse son égo ! »

Et il pouvait bien l’avouer, les fées possédaient un égo surdimensionné. Il pouvait même en témoigner sur lui-même, étant du genre à se venger plutôt deux fois qu’une dès qu’on blessait son honneur. Il se mordilla la lèvre inférieure en tentant de chasser les souvenirs effrayants et il se plongea dans un mutisme, faisant ainsi comprendre à son interlocuteur qu’il en avait assez de parler de ce sujet douloureux.

Shakunt finit par briser le silence, revenant sur le sujet de l’autre manoir. Ezra releva le regard, intrigué et il l’écouta, essayant de replacer les évènements dans l’ordre. Il finit par déclarer :

« Zoé, c’est ta fille. Je me souviens que tu m’en parlais lorsque tu venais me rendre visite. Tu l’aimes beaucoup. »

Le jeune homme-fée se souvint de l’air empreint de tendresse qui était alors apparu sur le visage du beau brun alors qu’il lui parlait de sa fille. Il avait été intrigué par cette expression, ne comprenant vraiment pas, à l’époque, ces émotions qu’il jugeait inutiles. Il sourit d’un air ironique en se souvenant de cela. Puis il se replongea dans les paroles de son vis-à-vis avant de dire :

« Mais tu ne m’avais jamais parlé d’un jumeau. Tu l’avais oublié ? »

Il resta un peu dubitatif. Comment pouvait-on oublier l’existence d’un membre de sa famille ? Ezra ne comprenait pas vraiment ce que voulait Shakunt par là. C’est pour cela qu’il l’interrogea sur le sujet.

Lorsque l’éphèbe réfugia son visage dans le creux de l’épaule de l’homme-fée, ce dernier ne put s’empêcher de frissonner. Il sentait son souffle chaud contre lui et c’était plutôt perturbant. Il se mordilla la lèvre et replongea dans ses pensées alors que le silence nimbait à nouveau l’atmosphère de la salle. Il finit cependant par le briser, d’une voix légèrement chargée de reproche :

« Tu es plutôt hypocrite, à refuser mon aide pour le manoir, Shakunt. Tu dis ne pas vouloir m’enfermer dans le manoir mais… Comme les autres, tu me ferras disparaître quand mon heure viendra. Il faut cependant que tu saches que tu n’es pas et que tu ne seras jamais mon père. Il est hors de question qu’une fée se rabaisse à considérer un humain comme étant son père. »


PAF. La bombe était lâchée. Impulsif et téméraire, Ezra avait une fois de plus oublié de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d’en placer une.
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 15:38









Naissance d’une fée.


Ainsi, la fée qui avait voulu en faire son mâle avait tenté de l’éliminer parce qu’il avait refusé ? Je comprenais beaucoup mieux sa réaction vis-à-vis des femmes, et je voyais bien que ça lui rappelait des mauvais souvenirs que de me confier tout cela. Je cessai donc de parler de ce sujet, et Ezra demeura silencieux, comme s’il ne voulait plus en parler. Zoe ? Il voulait parler de l’une de mes filles ? Je déclarai, pour toute réponse :


- C’est la seule que j’ai daigné aller chercher, en plus de Lola et de Céleste. C’était les ordres du Maître, il voyait en elles quelque chose… de diabolique. Je ne les ai cependant pas élevées comme il l’entendait.


Mon jumeau, Indra Luca. Il n’avait pas l’air de croire que l’on pouvait aussi facilement oublier quelqu’un d’aussi important que quelqu’un de notre propre famille. Je lui répondis alors :


- Si je ne t’en ai pas parlé, c’est uniquement parce que je ne me souvenais pas de lui. Si tu connaissais le Maître, l’autre, tu me comprendrais. Il est le seul à pouvoir effacer la mémoire de ceux qu’il désire avoir à ses côtés. Je ne me rappelle pas comment il s’y est pris, je ne pense pas que ce soit en buvant mon sang. Ce serait à la fois trop étonnant et trop facile.


Pourquoi j’avais recouvré si soudainement une partie de ma mémoire ? Excellente question. La fée brisa le silence qui s’était installé en redevenant agressif envers moi. Je le comprenais. Je ne le laissai pas longtemps sans réponse à ses propos, puisque je pris la parole pour déclarer :


- Je ne suis pas hypocrite, je ne tiens pas à ce que tu mettes ta vie en danger pour moi parce que je ne le mérite pas. Si, malgré mon inquiétude, je considère que Zoe peut s’en charger à elle seule, c’est que j’ai mes raisons.


Je continuai, sans qu’Ezra n’ait le temps de prononcer une seule parole :


- Je me rends compte de tout le mal que j’ai pu faire à mes enfants, par le simple fait d’avoir retrouvé ma mémoire pour une raison que j’ignore encore. Aussi, si je te dis que je ne t’enfermerais pas, je ne le ferais pas.


Je finissais enfin :


- Je ne te vois pas comme un fils, ça tombe plutôt bien que tu me dises ça et tu n’as pas à te rabaisser de la sorte.


Je crus bon d’enfin en terminer sur le sujet avec ceci :


- Ne me propose plus ton aide, c’est clair ?


J’avais relevé la tête pour le regarder de mes prunelles dorées, où une lueur étrange s’y trouvait. Il ne restait plus qu’à l’analyser. Sans prévenir la fée, je m’emparai de ses lèvres une seconde fois pour un autre baiser, qui dura un peu plus longtemps que la première fois. Il m’avait pourtant dit de le prévenir, la prochaine fois que ça se produirait, mais non, je ne l’avais pas fait. Dans un sens, il m’avait invité à le refaire mais dans un autre… je commençai à comprendre ce que je ressentais : De l’amour. Ce n’était pas possible. Je ne pouvais pas être amoureux, j’allais prendre le risque que le Maître, l’autre, s’en prenne à la fée pour parvenir à ses fins. La lumière se fit aussi sur le comment du pourquoi je recouvrai ma mémoire : J’étais en compagnie d’Ezra. J’éprouvais quelque chose pour la fée, et peut-être que c’était grâce à cet amour que mes souvenirs refaisaient surface. C’était tellement insensé… il ne fallait pas que je reste avec lui mais je ne parvenais pas à le repousser. Je cachais à nouveau mon visage, sans chercher à briser ce silence qui devenait inquiétant mais il m’était impossible d’avouer ces pensées folles à voix haute, pour les partager avec Ezra.




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 17:42

Ezra en entendait plus au sujet des filles du maître des lieux. Il se souvenait des visites de ce dernier, ne voulant pas se l’avouer et ne comprenant pas ce sentiment, il adorait que Shakunt vienne lui rendre visite. Il s’était toujours senti un peu seul quand ce dernier repartait mais le sentiment qu’il ressentait disparaissait presque aussitôt. Les fées ne ressentent pas d’émotion, juste quelques affects qui sont aussi éphémères que la rosée du matin. Il écouta avec attention le récit du jeune homme, se concentrant sur chaque détail pour les enfouir précieusement dans sa mémoire et il hochait parfois la tête pour lui signifier qu’il le comprenait.

Les explications s’étendirent ensuite sur le fameux jumeau dont Ezra ne connaissait rien et il en ressortit insatisfait par si peu d’informations. Il aurait voulu plus en savoir. Son nom, par exemple. Et ressemblait-il comme deux gouttes d’eau à Shakunt ou étaient-ce de faux jumeaux ? Mais le maître des lieux ne daigna pas satisfaire sa curiosité, préférant se concentrer sur ce fameux Maître. Plus il en apprenait, plus tout lui paraissait obscure… Qui était donc ce fameux Maître ? Que gagnait-il à agir ainsi ? Tout cela paraissait ridicule à Ezra. Ne pouvait-il pas laisser tout le monde vivre en paix ?
Le jeune homme réfléchit un moment et il formula une hypothèse :

« Je crois… Ou du moins, c’est le cas dans le Royaume des Songes, que les vampires peuvent utiliser l’hypnose. Peut-être est-ce que c’est cela que tu as subis et qu’un choc t’a réveillé ? »


Comme cogner sa tête violemment contre un mur. Ou embrasser un autre homme ? Ezra n’osa pas dire la suite, ne voulant pas tenter Shakunt pour une autre attaque. Son cœur et son corps ne s’en remettraient pas si un beau jeune homme continuait de s’y attaquer si sauvagement. Il n'était qu’une petite fée ignorante de l’amour après tout…
Le silence s’était installé et l’homme-fée n’avait pu s’empêcher de reprocher à Shakunt ses abandons. Tout comme les autres, Ezra n’échapperait pas à la règle et, un jour, cet homme ne viendrait plus lui raconter ses tourments. Il l’enfermerait dans un autre monde et il s’intéresserait à des enfants plus jeunes.
Amèrement, il déclara :

« J’espère que Zoé sera effectivement de ton côté et non de celui du Maître qui l’a pourtant initialement choisi, maître de ces lieux. Cela vaudrait mieux pour ton frère jumeau en tout cas. »

Il releva un regard douloureux lorsque Shakunt lui promis de ne pas l’enfermer. Une partie de lui-même refusait de croire le jeune homme, bien trop effrayée à l’idée d’être blessée. Il baissa le regard et l’écouta lui dire qu’il ne le considérait pas non plus comme son fils. En voilà une bonne nouvelle ! Il ne voulait pas qu’un homme aussi jeune se comporte de manière paternelle avec lui, surtout un humain, ça aurait été véritablement ridicule.

La dernière phrase de Shakunt résonna cruellement dans la salle. Le jeune homme à la chevelure automnale releva un regard surpris, battant ses longs cils roux alors que sa bouche s’entrouvrait légèrement. Il voulut prononcer quelque chose mais ses paroles restèrent bloquées dans sa gorge et il finit par baisser la tête, blessé.
Ainsi donc, il était incapable au dernier des points ? Il ne pouvait pas même prêter sa douce lumière pour aider cet homme qui était venu chaque jour lui conter ses misères ?

Ezra serra les poings et il s’apprêta à se lever lorsque son regard croisa la lueur étrange des perles dorées du jeune homme. Avant même qu’il n’ait eu le temps de respirer, un papillon moelleux se posa à nouveau sur ses lèvres, capturant les siennes.
Son cœur se stoppa un instant. Sa respiration devint chaotique. Il frémit légèrement. Il essaya de se défaire de cette étreinte, de cette chaleur, de ce corps enveloppant le sien mais il ne put rien faire. Il se sentait faible et sans défense et il ne détestait pas ça. S’agrippant doucement aux épaules nues de son vis-à-vis, il tenta de ne pas perdre pied alors que son cœur battait si vite qu’il eut honte qu’on puisse l’entendre. Il était vivant. Il ressentait des choses. Et il ne pouvait pas se défaire de l’étreinte de ce sublime jeune homme qui le tenait contre lui, il n’en avait pas la force.

Et le baiser fut rompu. Le visage du jeune homme se dissimula à nouveau contre lui. Le cœur d’Ezra se remit peu à peu alors que la magie de cet instant embrouillait encore son esprit. Il leva doucement sa main à ses lèvres, dans un geste gracieux et il les appuya à nouveau dessus. L’empreinte des lèvres de Shakunt refusait de disparaître. Il frémit à la pensée qu’il venait de lui ajouter un nouveau membre, un élément en plus. Des lèvres contre les siennes. Et que même lorsque ces dernières disparaissaient, la sensation de leur présence était toujours là. Il relâcha ses épaules et prit une longue goulée d’air frais avant de murmurer, un brin malicieux :

« C’est maintenant certain que tu ne me considères pas comme un fils ! »

Et le naturel jovial de la fée ne disparaissait pas. Peu importe les circonstances, il arrivait à rire de la situation. Il ne voulut pas se l’avouer mais le baiser lui avait remonté le moral et c’est dans un élan de reconnaissance qu’il l’enlaça contre lui, avec énormément de tendresse.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Lun 5 Mar - 19:48









Naissance d’une fée.


Ezra n’avait pas tort : Les vampires avaient bien recours à l’hypnose. Personnellement, je n’avais encore jamais hypnotisé quelqu’un, surtout si c’était pour lui faire perdre la mémoire. Il me parla aussi de Zoe. Je ne savais pas ce que pensait exactement Zoe de moi, toujours est-il qu’elle s’était toujours bien conduite avec moi… je déclarai alors :


- Je n’ai jamais douté d’elle et si elle voulait vraiment se rallier à quelqu’un, ce serait plutôt à Indra.


Je lui avais ainsi dévoilé le prénom de mon jumeau. Je rajoutai :


- Évite de m’appeler Maître ou Maître de ces lieux…


Je n’aimais plus ces surnoms, ils m’insupportaient. J’observai le regard surpris de la fée, et je senti son corps se crisper contre le mien lorsque je lui avais ordonné de ne plus proposer son aide. Mon regard étrange en disait long, mais je n’étais pas décidé à justifier cet ordre. C’était bien la première fois que je lui parlais d’un ton aussi cinglant. Je ne le prenais pas pour un incapable, encore moins pour un être fragile mais il ne devait pas se rendre au Manoir Hanté, avec ou sans ma compagnie et ce, tant qu’il y aurait encore le moindre danger à l’intérieur.

Comme pour me faire pardonner, qu’il ait pu mal prendre mes dernières paroles, je l’avais embrassé. Je pouvais sentir son cœur battre la chamade. Le mien n’en menait pas large, puisqu’il battait autant que le sien. Et puis, j’avais de nouveau caché mon visage au creux de son épaule. Il avait relâché mes épaules avant de chuchoter une phrase, que je n’eus aucun mal à entendre. C’’était bien la première fois qu’Ezra semblait joyeux… je mis du temps à répondre :


- Tu avais besoin d’une autre preuve pour en être sûr ?


Lequel d’entre nous deux avait réellement besoin de cette autre preuve ? Excellente question. Je resserrai mon étreinte lorsqu’il m’enlaça. J’avais certes l’habitude de me confier à lui, mais il m’en avait trop demandé à proposer son aide. Je trouvai le moyen de me justifier :


- Je ne tiens pas à ce que tu mettes ta vie en danger pour moi, je te l’ai déjà dis. Et, tant qu’il y aura cette présence au manoir hanté, je ne veux pas que tu y mettes les pieds. Je ne te prends pas pour un être faible, si c’est ce que tu penses. C’est juste que…


Je m’interrompis, tout en gardant mon visage contre son épaule : Est-ce que je devais lui dire ce que je ressentais pour finir ma phrase ? Non, c’était à éviter. Je la terminai tout de même :


- Je ne veux pas te perdre.


Dans un sens, c’était presque un aveu, presque.




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Mar 6 Mar - 9:43

Le maître des lieux ne se fâcha pas face à la provocation d’Ezra à propos de sa fille : était-il certain de sa fidélité ? Il lui dit plutôt qu’elle serait du genre à aider Indra. Indra… Etait-ce le nom de son jumeau ? Le jeune homme-fée en déduit que oui, étant donné le contexte. Il en avait beaucoup appris aujourd’hui, beaucoup plus qu’à chaque visite du maître des lieux dans le monde intangible où il vivait jusqu’ici.
Ezra se contenta d’hocher la tête lorsque le maître des lieux lui exposa sa requête. Cela en devenait ridicule… Le maître des lieux qui refusait son titre ? Il ne dit cependant rien, ne souhaitant pas spécialement le blesser.

Se remettant à grand peine du baiser, Ezra serra le corps chaud de Shakunt contre lui alors qu’il tentait tant bien que mal de reprendre ses esprits. Légèrement nerveux, il lança une plaisanterie qui était sensée détendre l’atmosphère mais le bel éphèbe la pris très au sérieux. A sa question, il sentit la nervosité reprendre son corps alors qu'il secouait silencieusement la tête.

Le silence qui s’installa ne dura pas longtemps et Shakunt décida d’expliquer pourquoi il ne voulait pas qu’Ezra l’aide. Ce dernier l’écouta patiemment, bien qu’il fut un peu surpris et gêné de ses paroles. Il avait presque l’impression d’entendre une déclaration d’amour… ou quelque chose comme ça. Il se mordilla nerveusement la lèvre, se disant qu’il devait être ainsi avec chacun des pensionnaires de ce Manoir, sauf peut-être pour les baisers. Et puis… Ezra était un homme-fée, ce qui était très rare au Royaume des Songes et inexistant dans ce monde. Il en déduit donc qu’il s’intéressait plus à son espèce qu’à sa propre personne et il hocha la tête à cette pensée.
Le jeune homme à la chevelure automnale n’était pas blessé qu’on le considère ainsi. Après tout, il n’éprouvait aucun sentiment spécialement fort pour l’homme en face de lui. Il releva le regard et sentit son cœur dérailler en fixant ses yeux dorés. Ok… Il mentait un peu. Il y avait bien ce petit quelque chose. Il s’était attaché à cet homme à force de l’attendre tous les jours, dans son royaume intangible. Et puis… Il était vrai que cet homme lui avait paru si fragile, lors de sa crise de folie qu’il avait ressenti l’envie de le protéger.

Il tenta alors, timidement, d’exprimer ce qu’il avait voulu dire :

« J’aurais juste voulu t’être utile, peu importe la manière. Que ce soit pour panser tes blessures ou pour t’apporter ma lumière. Je n’exigeais pas de me battre pour toi, je sais pertinemment que je n’ai pas les capacités. »

Et après un instant de réflexion, il décida de continuer à s’expliquer :

« Je t’ai tout d’abord haï de m’avoir libéré de mon monde où rien ne m’atteignait et où rien ne pouvait me blesser. Mais j’avoue avoir attendu chacune de tes visites, lorsque tu venais te confier à moi. Je ne ressentais rien de particulier mais maintenant que les émotions font parties de mon quotidien, je sais que j’aurais dû vouloir t’aider dès cet instant-là. »

Il réfléchit, se posant plus la question à lui-même qu’au jeune homme :

« Et est-ce si mal d’être vivant et de ressentir des choses ? Je me demande maintenant si je ne serai pas déçu de redevenir un être intangible et immortel alors que j’ai goûté à la vie courte mais passionnée des humains. »

Ezra hésitait. Il y avait la mort, à la fin de cette aventure. La mort qui l’effrayait. Mais était-ce réellement une mauvaise chose ? Ne naissait-on pas pour mourir ? N’était-ce pas dans l’ordre naturel des choses ? Il soupira légèrement, se rendant compte qu’à cause de cet homme, ses pensées changeaient radicalement.

Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Mar 6 Mar - 12:59









Naissance d’une fée.


Ezra avait repris la parole rien que pour essayer de me dire, de façon différente, comment il voyait les choses pour m’apporter son aide si jamais je décidais de me rendre au Manoir Hanté. Même s’il me le formulait autrement, ça ne changeait rien : Il y avait une chance sur je ne sais pas combien qu’il meurt si l’on s’en prenait à lui. C’était assez connu, qu’on s’occupe du cas de mes enfants ou de mes serviteurs avant de s’en prendre à moi, parce qu’ils étaient une cible plus facile. Je répondis alors :


- On peut très bien s’en prendre à toi, ou aux autres au lieu de m’attaquer directement… et puis… il y a des femmes là-bas.


La véritable raison, je lui avais déjà dévoilé, en le formulant comme un aveu. La fée reprit ce que je pensais être la suite de ses explications, et je ne cachai pas mon étonnement sur ces quelques révélations avant de reprendre la parole :


- Tu devais surtout en avoir marre de toutes ces confidences… je m’en veux de t’avoir arraché de ton monde, maintenant que j’ai recouvré la mémoire. Je me rends compte de tout ce que j’ai pu faire subir à mes enfants… et à toi.


Je me rendis ensuite compte que Ezra avait pensé à voix haute, pour les dernières paroles qu’il avait prononcé. Je lui demandai alors :


- Quel effet ça faisait, de ne rien ressentir ? La vie n’était-elle pas triste sans éprouver le moindre sentiment ?


Je me crispai brusquement, en sentant une présence dans la Salle Commune. Qu’est-ce que c’était ? Pire : Depuis quand était-elle là ? Pourquoi je ne la sentais que maintenant ? Je forçai la métamorphose pour devenir un vampire, en demeurant silencieux. Ma peau refroidit en un temps record, pris une couleur blanche et lorsque je passai ma langue le long de mes dents, je constatai que mes canines étaient bien là. Je pus ainsi identifier la présence comme malfaisante. La fée avait du s’apercevoir de mon changement d’apparence, aussi je murmurai doucement :


- Ezra…


Je n’avais pas eu le temps de finir ma phrase qu’une voix féminine retentit :


- Maître, vous avez recouvré la mémoire ? C’est fort regrettable. Je vais devoir en aviser le Maître. Mais avant cela, je vais m’occuper de la fée. Elle est beaucoup trop proche de vous.


Une succube, un de ces démons femelles assoiffées de sexe. Et Ezra qui avait la phobie des femmes… il n’allait pas pouvoir se réfugier dans mes bras cette fois. Je l’écartai doucement en répondant à l’intruse :


- Mon nom est Shakunt Luca. Il n’y a plus de Maître ici, mais un père pour tous ces enfants. Le père qu’ils attendaient tous. Je ne considère certes pas la fée comme un de mes enfants, il n’empêche que je tiens à elle comme à la prunelle de mes yeux. Aussi, tu vas devoir t’attaquer à moi avant de t’occuper d’elle. J’espère que tu n’y vois pas d’inconvénient.


Je me déplaçai bien trop vite pour elle, grâce à ma forme nocturne. Il n’y avait aucune échappatoire pour la succube, elle ne pouvait pas s’enfuir pour prévenir le Maître, elle allait être obligée de me combattre. Je n’avais fait que la plaquer violemment contre le mur, le plus proche d’elle, en disant :


- Je vais devoir me débarrasser de toi pour que tu gardes le silence, à moins que tu ne veuilles nous rejoindre, ce dont je doute.


Je n’avais encore jamais tué quelqu’un de mes propres mains, ce n’est pas aujourd’hui que j’allais commencer, surtout pas devant la fée. Il fallait que je l’éloigne au plus vite. J’étais en train de réfléchir à une solution, lorsque l’intruse profita du fait que j’étais devenu songeur pour se dégager. Elle se dirigeait droit sur Ezra :


- Pauvre fée, le Maître aurait mieux fait de te laisser dans ton monde. Qu’est-ce que ça fait, de sentir la mort aussi proche ?

- Je t’avais pourtant bien dit de t’occuper de moi avant, mais non, tu n’en fais qu’à ta tête.


Je reçus le coup à la place d’Ezra, à m’être interposé à temps entre lui et la succube. Un coup de poignard dont la lame brillait d’une couleur étrange, juste au-dessus de mon nombril. Bon sang ce que ça pouvait être douloureux. Je lâchai un grognement :


- Que va dire le Maître, quand il saura que tu as failli me tuer ?

- Non, Maître… pauvre Maître… je ne voulais pas… le poison… c’était pour la fée.


Le poison ? Je n’avais pas de temps à perdre à raisonner, je m’emparai violemment du poignet de l’intruse, devenue soudainement affligée par ce qu’elle avait fait et me dirigea vers la porte. J’appelai le seul capable d’éloigner la succube, qui vint immédiatement, et sans poser de question, il m’arracha l’intruse avant de l’emmener. J’aurais du faire appel à lui avant, il était trop tard pour penser à ça maintenant. Je redevins normal et, cherchant Ezra du regard, j’allai immédiatement le serrer contre moi. Je sentais mon bas-ventre me piquer, le sang devait probablement couler mais je n’en avais cure : Ezra n’avait rien, c’était tout ce qui m’importait.




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Mar 6 Mar - 15:24

Shakunt utilisait force d’arguments pour convaincre le jeune homme-fée que l’accompagner au vieux manoir n’était pas une bonne idée. Il utilisa même l’argument des femmes qui secoua son échine d’un long frisson glacé mais Ezra savait très bien que cet argument n’était pas valable :

« Il y a aussi des femmes ici. »

Il avait parlé avec calme, bien que cet argument l’ait sérieusement retourné. Il soupira, voyant que malgré toutes ses paroles, le jeune homme n’était pas décidé à le laisser l’aider.
Il écouta ensuite son interlocuteur lui parler de son monde intangible et il sourit doucement à ses propos :

« Bien sûr que non. Je vivais dans une plénitude totale parce que je ne connaissais pas les émotions, je ne ressentais aucune tristesse, ni aucun vide. Comment aurais-je pu être triste puisque je n’avais jamais connu ce qui me manquait ? »

Clochette se replongea ensuite dans ses pensées, les énonçant à voix haute. Il était certain qu’il risquerait de ressentir la différence s’il regagnait le Royaume des Songes maintenant. Mais valait-il mieux vivre une vie longue et remplie de paix et de plénitude ou une vie courte, dangereuse mais passionnée ? Beaucoup de héros grecs avaient choisi la seconde option. Etait-elle réellement la meilleure ? Ezra se plongea ainsi dans ses pensées jusqu’à ce qu’il ressentit un changement chez le maître des lieux.
Le corps de ce dernier était en train de se métamorphoser et le jeune homme-fée en fut tout d’abord effrayé. Le corps devenait glacé et la peau déjà pâle du jeune homme prenait une allure carrément cadavérique. Il voulut le réchauffer de ses bras mais le regard alarmé et la prononciation de son prénom l’en dissuadèrent. Il se rendit compte seulement à ce moment-là qu’ils n’étaient pas seuls.

Une femme. Encore. Sublime. Gracieuse. Bien proportionnée. Envoûtante. Il l’observa, hypnotisé par cette créature avant de trembler de peur. Que faire ? Une femme, à nouveau une femme. Il ne pouvait lutter contre ces êtres.
Elle déclara qu’elle trouvait regrettable que le jeune maître avait retrouvé la mémoire et il sembla à Ezra qu’elle lui rejetait la faute dessus. Mais était-ce vraiment de sa faute ? Il n’avait rien fait à part consoler le jeune homme en détresse. Il se sentit trembler alors que la jeune femme décidait qu’elle se devait de l’éliminer. Ne pouvaient-elles pas le laisser tranquille, ces stupides femmes ? Il voulut s’accrocher à Shakunt mais ce dernier se libéra avec fermeté et douceur de ses bras avant de s’adresser à la demoiselle.

Ezra déglutit difficilement et c’est, totalement paralysé par la peur qu’il observa la situation. Que pouvait-il faire ? Il voulait aider Shakunt mais il était bien trop terrifié par cette femme pour faire le moindre geste. Il rougit de peur, sentant ses yeux s’embrumer de larmes de frustration. Il était inutile. Il ne pouvait rien faire et juste regarder la scène.
Il se sentit légèrement rassuré lorsqu’il vit que le maître des lieux contrôlait la situation face à cette femme mais celle-ci se dégagea de ses bras, profitant d’un moment d’inattention pour fondre sur le jeune homme-fée. Ezra lâcha un léger gémissement de terreur et il leva les bras pour se protéger le visage, bien trop effrayé pour réussir à se défendre ou à s’enfuir.

Le choc ne vint pas. En revanche, la suite des paroles intrigua Clochette qui releva timidement le regard. Ce qu’il vit le statufia sur place. Il sentit son cri se bloquer dans sa gorge alors qu’il observait avec impuissance la lame plantée dans le corps du maître des lieux. Il entendit que cette lame était empoisonnée et le reste se déroula avec une lenteur inouïe pour son cerveau. Il eut l’impression d’être immergé sous l’eau alors que la femme disparaissait et que les bras du brun revinrent autour d’Ezra. Choqué, il resta d’abord silencieux avant de lâcher un léger gémissement d’horreur. Il agrippa désespérément les épaules du jeune homme en suffoquant et un ce fut dans un souffle qu’il parvint à dire :

« Non… »

Les larmes coulaient sur ses joues sans qu’il ne puisse les arrêter et il répéta à nouveau :

« Non… Shakunt… Non ! »

Repoussant fermement le maître des lieux, il l’observa de son visage inondé de larmes avant de reporter son regard sur sa blessure. Il leva la main à sa bouche, camouflant à grand peine un léger cri de terreur et il se laissa tomber au niveau de sa blessure, laissant glisser ses larmes dessus :

« Ne me laisse pas seul ici… Tu n’as pas le droit ! Je te l’interdis… »


Il déposa ses lèvres sur la blessure et inspira le sang, le recrachant à côté pour tenter de retirer le poison. Il ne voulait pas que le brun meure. Il n’avait pas le droit de le laisser seul, c’était trop injuste ! Il n’avait pas le droit… Après l’avoir arraché aux siens. Après lui avoir confié tant de choses. Après avoir été si proche de lui. Il n’avait pas le droit !
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Mar 6 Mar - 16:53









Naissance d’une fée.


Je mis du temps à comprendre le “non” d’Ezra : Ma blessure. Je me remémorai les paroles de la succube : Le poison, c’était pour la fée. Je ne réagissais pas tout de suite, j’avais l’esprit trop embrumé pour dire ou faire quoi que ce soit. Au bout d’un instant, je me mis à vaciller. C’était tout simplement Ezra qui venait de me repousser, et je me rendis compte que j’avais du mal à tenir debout. Je redressai la tête pour m’apercevoir que la fée pleurait. Pourquoi ? Je ne fus pas long à le découvrir : Il ne voulait pas que je le laisse seul. Qu’est-ce qu’il sous-entendait par-là ? Et de quel droit m’interdisait-il quelque chose ? Les rôles s’étaient-ils inversés ? Je murmurai doucement :


- Pourquoi tu dis ça ? Je suis toujours là. Et, pourquoi cette interdiction ?


J’avais du mal à faire la part des choses, c’était à peine si j’avais conscience que la fée tentait de me sauver en inspirant le sang de ma blessure pour ôter le poison, en recrachant sur le sol. Je n’aurais pas du annuler la métamorphose tout de suite, ça me rendait bien plus faible. Je ne voulais pas non plus être tenté de mordre Ezra pour boire son sang. Je repris la parole pour déclarer :


- Je suis le Maître, ou je l’étais, je ne sais plus. Je ne vais pas mourir aussi facilement.


Mourir. Ce mot… il sonnait un peu trop étrangement à mon goût. C’est ce qui me fit reprendre conscience, et sans un mot, je glissai ma main droite dans la chevelure automnale d’Ezra. Est-ce que la lame du poignard de l’intruse avait vraiment été imbibée de poison ? J’eus la réponse à ma question lorsque j’eus brusquement de la peine à respirer : Oui. Je n’étais pas sûr que le poison s’était déjà répandu dans mon corps, en seulement quelques minutes, ça me paraissait improbable et pourtant tellement réel. Certains poisons agissaient vite, parfois trop vite pour qu’on ait le temps de faire quelque chose. Sans antidote, il n’était pas possible de faire autrement que la fée : Tenter de récupérer tout le sang empoisonné pour le recracher. Le Maître, l’autre, n’aurait pas voulu ma mort, c’était impossible, il avait besoin de moi. Il allait avoir du mal à m’utiliser puisque j’avais recouvré ma mémoire, je n’allais donc plus le servir. C’était peut-être le seul à pouvoir me sauver de ce poison qui était en train de me bouffer de l’intérieur. J’aurais au moins connu l’amour en seulement quelques heures… je ne pouvais cependant pas me résoudre à perdre Ezra en succombant à ma blessure empoisonnée. Mes pensées furent interrompues par l’arrivée fracassante d’un superbe ange déchu qui se révéla être l’une de mes autres filles : Lola. Elle devenait brune aux yeux d’une couleur feu ardent lors de sa métamorphose, très différente de la jeune fille normale blonde aux yeux bleus. Elle se jeta littéralement dans mes bras, c’était à peine si la fée avait eu le temps de se décaler, en s’écriant :


- Maître ! Vous allez bien ?


J’en étais tombé, assis sur le sol, et ce fut avec peine que je parvins à articuler :


- Lola… soigne-moi… le poison…


Lola me lança un regard affolé, et lorsque son regard de flamme s’attarda sur mon bas-ventre, elle comprit :


- Père ! Vous êtes blessé ! Qui a osé ? Zoe m’a demandé de veiller sur vous, je ne pensais pas qu’on allait aussi s’en prendre à vous. Ne bougez pas.


Grâce à sa forme nocturne, Lola parvint à me soigner en ôtant tout le poison de mon corps. Il ne restait plus que le sang, la blessure avait disparue. Elle était arrivée à temps :


- Lola… merci, tu viens de me sauver la vie.


Je percutai enfin ses paroles et lui demanda donc :


- Qu’as-tu dit ? Qui s’en est pris à qui ?


- Un certain Angelo a menacé Indra, Maître. Il a un sacré nom… il est parvenu à entrer dans le Manoir Hanté… Inès a bien rapporté vos ordres à Zoe, père. Elle s’occupe de tout.


La situation semblait être plus grave que prévue, je repris la parole pour questionner Lola :


- Zoe contrôle la situation, tu en es bien sûre ?

- Oui père, ne vous inquiétez pas. Vous devriez aller vous reposer, me permettez-vous de vous accompagner dans vos appartements ?


J’observai Lola, puis vit Ezra laissé de côté. Je déclarai alors :


- Non, je me sens bien. Tu peux disposer, Ezra va s’occuper du reste.


C’est ainsi que ma fille aperçut enfin la présence de la fée. Elle lui adressa un regard noir avant de prendre congé. J’espérai que c’était la dernière présence féminine qu’on allait voir de la journée, pour le bien d’Ezra. Je me redressai avec quelques difficultés pour me rapprocher de lui, et c’est en demeurant silencieux que je me réfugiai dans ses bras. Je redressai la tête pour l’observer, et constatant qu’il restait des traces de larmes sur ses joues, j’entrepris de les lécher pour les effacer. Je profitai de l’occasion pour l’embrasser une troisième fois…




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   Mar 6 Mar - 18:16

Il ne semblait pas se rendre compte de ce qui lui arrivait. Ou il ne voulait pas. Il demandait donc à Clochette ce qui n’allait pas, le rassurant en lui certifiant qu’il ne pourrait mourir ainsi. Mais qu’en savait-il ? Il n’était qu’un humain après tout. Il avait une partie vampire mais même les vampires peuvent mourir. Seuls les êtres du monde intangible étaient destinés à vivre éternellement. Shakunt n’était pas un de ces êtres, il pouvait donc passer de l’autre côté. Cette pensée terrorisait le jeune homme qui tentait tant bien que mal d’aspirer le mal qui s’insinuait petit à petit en lui. Il répétait, désespérément, ces gestes mécaniques. Poser ses lèvres sur la plaie, aspirer, recracher. Et on recommence.

Mais une petite fée qui venait de naître ne pouvait être très utile à quiconque. Il avait beau s’activer et faire de son mieux, le poison commença à agir et la respiration du bel éphèbe s’alourdie. Horrifié, Ezra devint plus rapide dans ses gestes mais c’était sans espoir, il ne pourrait jamais sauver cet homme. Il serait condamné à vivre une vie d’humain, sans l’homme qui la lui avait donnée, sans cet homme qui lui avait donné cette envie. Il continua de pleurer à cette idée, ne supportant pas l’impuissance dont il faisait preuve.

Il aurait tout donné pour posséder assez de puissance pour sauver cet homme. Il aurait donné sa vie s’il l’avait fallu. Il préférait mourir plutôt que de voir Shakunt disparaître. Cette pensée lui paraissait insupportable. Il n’aurait pu l’expliquer autrement qu’en déclarant que c’était parce que c’était celui qui lui avait donné des sentiments. Celui qui, au début de la journée, désignait le maître de ces lieux comme étant sa Némésis était désormais à présent capable de tout pour sauver cet homme. Mais il ne pouvait rien faire. Il n’était pas assez fort. Il n’avait aucun don particulier. Il pleurait donc, sentant que les dernières heures du maître des lieux n’allaient pas tarder à arriver.

Et brusquement, le décor vacilla. Avant même de comprendre ce qu’il se passait, des éclats de voix résonnaient dans la salle. Ezra se releva en essayant de comprendre ce qu’il se passait et il se paralysa à nouveau en voyant une femme se jeter dans les bras de Shakunt. Pas qu’il soit spécialement jaloux, non, sa phobie avait pris le dessus et il se recula juste en essayant de l’oublier. Une femme. Encore une. Une troisième. Il ne pourrait supporter cet endroit sans Shakunt. Il y avait décidemment trop de femmes, il ne pouvait les supporter. Il serra les poings et regarda l’échange qui s’ensuivit, voulant brusquement hurler à cette femelle idiote que le beau brun était peut-être trop malade et qu’il y avait d’autres priorités que de le secouer dans tous les sens en lui hurlant dans les oreilles.

Mais le maître des lieux demanda de l’aide à la jeune femme. Et elle fut capable de l’aider. Ezra resta silencieux alors que ses larmes se stoppèrent brusquement. Il l’observa le soigner avec une facilité effrayante et frappa faiblement le sol. Lorsque Shakunt remercia la jeune femme, lui déclarant qu’elle venait de le sauver, il sentit son cœur se déchirer d’impuissance et de douleur. Il baissa le regard, se bornant à fixer le sol pour ne pas pleurer à nouveau et il resta silencieux.

Il écouta la conversation qui se déroulait, sans qu’on ait besoin de lui. On parlait de ce qu’il se passait dans l’autre manoir et ce fut uniquement par curiosité qu’il se permit d’écouter, voulant connaître le fin mot de l’histoire. Il apprit donc que quelqu’un s’en était pris au frère jumeau de Shakunt, Indra. Un homme. Il se demanda si ça allait bien se terminer, comprenant qu’il venait d’arriver lors d’un moment de conflit. Des ennemis venaient d’apparaître et ils voulaient détruire les maîtres de ces lieux. Ezra en frissonna, se demandant si Shakunt risquait d’être à nouveau attaqué. Il ne supporterait pas cette idée, trop effrayé à l’idée de perdre cet homme.

La jeune fille proposa à l’éphèbe d’aller se reposer. Clochette releva alors le regard, se demandant quelle serait sa réaction. Il s’attendait presque à le voir partir, ce qui aurait été raisonnable vu son état mais au lieu de cela, le jeune homme croisa son regard et il déclara qu’il préférait rester ici. Ezra s’en sentit rassuré et il osa sourire timidement.
Sourire qu’il ravala immédiatement en voyant le regard de la jeune fille. Il frissonna de peur et l’observa partir, sursautant quand de puissants bras l’entourèrent.

Le jeune homme-fée serra son vis-à-vis contre lui, rassuré et il le laissa lécher doucement ses larmes. Il frissonna devant cet acte osé, pourtant rassuré lorsqu’il sentit la flute de papillon lui réchauffer le visage. Ce fut presque de lui-même qu’il répondit à son baiser et il passa ses bras autour de la nuque du jeune homme, se pressant contre lui. C’était étrange, ce sentiment de plénitude qu’il ressentait à cet instant précis était dix fois supérieur à celui qu’il connaissait au Royaume des Songes. Mais l’angoisse le reprit bientôt.

« Shakunt. Je me sens tellement mal d’avoir été inutile… Si cette femme n’était pas venue… Bénis soit-elle ! Tu aurais… Je n’aurais pas pu… J’ai eu tellement peur… Si tu étais mort… Qu’aurais-je fait ? »


Il se serra davantage contre lui, posant une main sur sa joue alors qu’il reprenait de lui-même les lèvres du jeune homme. Il ne comprenait pas réellement la signification de ce geste mais il pensait que c’était une façon de montrer que l’on aimait bien l’autre personne. Il voulait faire ressentir à Shakunt qu’il serait toujours là pour lui, qu’il serait capable de sacrifier sa propre vie pour lui et l’utilisation de ce geste semblait être la meilleure pour l’exprimer.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance d'une fée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance d'une fée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ciclo Specchio :: Gouvernement des enfants de la lune :: Anciens RPs †-
Sauter vers: