Partagez | 
 

 Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mar 6 Mar - 22:09









Confidences.


Comment je pouvais me métamorphoser en pleine journée comme aujourd’hui ? Comment Lola était intervenue dans la peau d’un ange déchu ? C’était simple : Le Maître, l’autre m’avait accordé plusieurs choses. C’était ces choses qui me permettaient de faire ce dont je voulais, dont forcer la métamorphose lorsqu’il faisait jour. Pour le moment, seules les privilégiées étaient mes filles : Zoe, Lola et Céleste. Elles détenaient en plus certains objets, qui émanaient de la magie. C’était à utiliser à bon escient bien sûr, sinon ça n’avait aucun effet. Depuis le temps que je connaissais Ezra, j’aurais du lui faire profiter de ces dons cachés mais je n’en voyais pas l’intérêt jusqu’à aujourd’hui. Je répondis enfin aux questions de la fée :


- Évidemment. Il suffit que je t’accorde ce don pour compléter ta métamorphose, de jour comme de nuit.


Je demeurai un instant pensif avant de reprendre :


- Ce que le Maître voulait que je sois pour lui : Le serviteur parfait qui l’aide à régner sur ce monde étrange. Il m’a accordé ainsi quelques privilèges, c’est ainsi que je peux contrôler une partie de ces lieux…


Je m’interrompis un instant avant de compléter ma phrase :


- Seulement… ce n’est rien à côté de ce que peut faire l’autre Maître...


J’observai le regard surpris que la fée : Avait-il peur que je le laisse seul ? Je venais pourtant de lui demander s’il désirait m’accompagner, sans arrière-pensée. Je secouai la tête en écoutant ses paroles avant de déclarer :


- Tu ne me crois pas ?


Je me remémorai les paroles de la fée lorsqu’il m’avait parlé de celle qui avait voulu faire de lui son mâle avant de pâlir en murmurant :


- Bon sang… tu as cru que… je t’invitais dans mes appartements… pour profiter de toi ?


Je ne savais pas, sur le coup, si je devais dire « toi » ou « ton corps »… il se dégagea doucement de mon étreinte pour s’éloigner de moi en voletant, en me disant qu’on devait y aller avant de subir d’autres attaques de la part d’une autre demoiselle. J’entendis son grognement, au sujet de tomber sur une sirène. Il n’y avait aucun risque : Je n’avais encore jamais vu de sirène chez moi. Je me gardai bien de lui répondre ça, respectant le silence qui s’était installé. Je suivis Ezra, qui ne devait même pas savoir où aller puisqu’il n’était encore jamais allé dans mes appartements. Je n’allais pas prendre le risque de l’emmener dans le Manoir Hanté. C’est ainsi que je le rattrapai rien que pour glisser ma main dans la sienne, et changea de direction. Il s’était trompé, je le remettais dans le droit chemin.

J’avais deux endroits où je vivais : Soit mes appartements dans le Vieux Manoir, soit ceux qui se situaient dans la Maison de Poupées. Je n’avais encore jamais montré le lieu où je créchais au sein même du lieu où j’étais le Maître, Ezra allait donc être le seul à le voir. Et ce n’est qu’en quelques minutes, que nous arrivâmes aux Nids Douillets. Je me dirigeai au fond du couloir, sans lâcher la main de la fée, je tournai à gauche avant d’ouvrir une porte afin de pouvoir aller à droite. Une autre porte menait directement à mes appartements. Je l’ouvris avant de laisser passer Ezra, puis j’entrai à mon tour avant de refermer la porte. Mon lieu de vie ne ressemblait pas du tout à ma personne, puisque les couleurs des murs, des meubles et de tout ce qui pouvait être coloré étaient dans les tons soit beige, soit blanc cassé, soit bleu très pâle. Je déclarai à la fée :


- Fais comme chez toi, le temps que j’aille dans la salle de bains nettoyer tout ce sang.


Je n’avais aucune crainte à le laisser seul dans la chambre, puisqu’il n’y avait aucune fille, aucune présence malfaisante, rien. Et puis, la salle de bains était juste derrière la porte qui se situait à gauche de mon lit, donc s’il avait besoin, il avait juste à me rejoindre. En attendant, j’allais me débarrasser de ce sang qui faisait tâche sur mon bas ventre. Je me fis carrément couler un bain, ayant perdu pas mal de sang, je n’allais pas prendre le risque de prendre une douche pour rester debout aussi longtemps que j’en aurais besoin. Et, si je prenais un bain, c’était aussi pour nettoyer le sang qui avait coulé sur mon pantalon. Je ne fus pas long à me laver, même si j’avais une sacrée envie de me prélasser dans ce bain brûlant. Je me séchai avant d’enfiler un pantalon noir, une chemise bleue nuit et… je retournai dans ma chambre où Ezra m’attendait. Je m’installai sur le lit, au beau milieu du lit, sur la couette d’un bleu très pâle avant de déclarer :


- Dis-moi tout ce que tu veux savoir. Je ne sais pas par quoi commencer… je te laisse donc le choix du premier sujet.


Je l’invitais ensuite à venir s’installer sur le lit, en ouvrant les bras parce que j’avais envie de l’avoir sur mes genoux. Restait à savoir s’il allait répondre à mon invitation…




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 7 Mar - 14:01

Ezra apprit que le maître de ces lieux avait acquis des pouvoirs supérieurs grâce à ce fameux Maître dont il ne savait toujours rien. Il hocha la tête en l’écoutant, ayant l’impression de se retrouver face à une sorte de demi-dieux. Ainsi, il pouvait modifier les choses de ce monde selon son envie et attribuer plus ou moins de pouvoir aux gens selon son envie. Il se mordilla légèrement la lèvre, se demandant pourquoi il lui offrait d’augmenter sa puissance à lui en particulier. Pourquoi était-il privilégié par rapport aux autres ? Cela faisait du bien à son égo mais il ne comprenait pas pourquoi… lui.
Mais la puissance de l’autre Maître était bien supérieure à la sienne. Le jeune homme-fée fronça les sourcils. Décidemment, cet autre maître, ce Dieu supérieur, si on pouvait l’appelait ainsi était bien gênant. Il se demanda quelles seraient les conséquences s’il venait à disparaître, ravalant sa question pour le moment.

La réaction de Shakunt face à son moment d’inquiétude le rendit un instant perplexe. Il l’observa en ouvrant ses lèvres vermeilles en un « o » parfait, les ramenant doucement vers l’avant, comme s’il embrassait le vide par la même occasion. Il battit ses longs cils roux avec douceur et il l’observa avec surprise avant de bégayer sans comprendre :

« M-mais… J-je… Enfin… T-tu… Euh… Comment dire… J-je suis un homme. Et toi aussi. »


Il s’arrêta un instant, voulant que le bel éphèbe enregistre bien l’information avant qu’il ne continue avec naïveté :

« Et les hommes ne peuvent faire d’enfants. Alors pourquoi aurais-je peur à ce sujet ? C’est… Ridicule ! »

Dans le monde intangible, les émotions n’existaient pas. L’amour non plus. Seuls les instincts dominaient et donc l’instinct de conservation via la reproduction. Or, deux hommes ne pouvaient faire d’enfants. Alors deux hommes ne ressentaient donc aucune utilité à faire des galipettes ensemble. C’est avec ce mode de pensée que le jeune homme-fée raisonnait encore et il lui paraissait totalement aberrant qu’on puisse envisager autrement. C’était un peu comme si Shakunt avait voulu lui tartiner un radiateur sur une tranche de pain, quelque chose d’illogique, de fou et d’incompréhensible !

Ezra mit définitivement fin à la discussion en se relevant et il alla voleter jusqu’à la chambre du maître des lieux, bien qu’il n’ait fichtrement aucune idée de l’endroit où elle se trouvait. Il se laissa attraper par la main et guidé, trouvant ce geste tout à fait normal bien qu’il lui parut quelque peu enfantin. Il se dit que Shakunt avait des réflexes paternels et que, donc, malgré lui, il avait tendance à les appliquer un peu avec tout le monde et il ne s’en vexa pas.

Une fois arrivé dans la fameuse chambre, le maître des lieux lui expliqua qu’il allait se laver et le jeune homme à la chevelure automnale hocha la tête avant de reporter son attention sur le lieu où il venait d’arriver. Une odeur d’enfermement y régnait, signe qu’elle n’était pas très utilisée et la propreté ainsi que l’aspect neuf de cette pièce en témoignait. Il ne savait pas si Shakunt était un maniaque de la propreté mais cette chambre avait une allure très impersonnelle, comme si elle n’était là que lorsqu’on en avait besoin. Des couleurs claires et un rangement parfait contrastaient terriblement avec la personnalité du maître des lieux et si on lui avait montré cette pièce, l’idée qu’elle soit la chambre du jeune homme dans la salle de bain ne lui aurait jamais effleuré l’esprit.
D’ailleurs, elle ne faisait pas très masculine. Elle lui faisait un peu penser à ces pièces dans lesquelles on enfermait les vieilles personnes du monde des humains, lorsqu’elles n’étaient plus assez énergiques pour s’occuper d’elles-mêmes. Des maisons de retraite, qu’on appelait ça.

Il n’y avait rien. Aucun livre, aucune photo, aucun document personnel. Juste un lit, une armoire, un bureau, une chaise et deux portes. Une menant à l’extérieur et l’autre, à la salle de bain. Ezra voleta dans la pièce, un peu perdu dans cette atmosphère et il sursauta lorsqu’il entendit la porte de la salle de bain s’ouvrir.
Se retournant, il observa le jeune homme, habillé entièrement maintenant qui traversait la pièce pour s’installer sur le lit et qui semblait l’inviter à le rejoindre.

Cette idée d’accouplement avait rendu le jeune homme mal-à-l’aise, il avait du mal à l’admettre mais cette idée tirée par les cheveux l’avait chamboulé. Il rosit donc légèrement en hésitant pour rejoindre le maître des lieux mais il finit par secouer la tête. Tout cela était ridicule. Il sourit donc timidement avant de se caler dans les bras du propriétaire de cette pièce. C’était agréable, il sentait bon le savon et son odeur s’en trouvait mise en valeur, un peu comme un bijou dans un bel écrin. Il écouta le son de la voix suave du jeune homme qui résonna dans la pièce, le tirant de ses rêveries.

Il pouvait donc poser des questions. Mais il y en avait tellement qu’il resta un moment silencieux, se demandant quelles seraient les plus pertinentes pour le moment. Il finit par ouvrir la bouche :

« La vérité, Shakunt, c’est qu’il y a beaucoup trop de questions à poser sur tout ce qu’il se passe et qu’au vu des évènements qui se déroulent en ce moment, je n’aurais jamais assez de temps pour toutes te les poser. C’est pourquoi je vais t’en poser plusieurs à la fois, en espérant que ça ne te déstabilise pas trop et que tu puisses prendre le temps de répondre à chacune d’entre elles. Et si c’est trop, je te les transmettrais pas écrit. Tu pourras prendre alors le temps de développer chacune d’entre elles lors de ton temps libre. Si cela n’est pas trop demandé… »

Il s’interrompit, bataillant avec lui-même pour choisir quelle serait la première question. Il mourrait d’envie d’en poser à son propre sujet. C’était les premières qui l’avaient torturé après tout mais il y en avait tout un tas d’autres qui étaient tout aussi pertinentes. Il se mordilla légèrement la lèvre, laissant échapper malgré lui un gémissement de frustration. C’était trop injuste. La pensée allait plus vite que les paroles et il n’y avait aucun moyen de remédier à ça. Le temps paraissait ridiculement lent lorsqu’on était pleins de questions.
Il finit par formuler ce qui le concernait :

« Pourquoi moi ? Je veux dire… Il y a pleins d’autres êtres au Royaume des Songes et pleins d’autres fées dont certaines plus intéressantes ou puissantes que moi. Alors pourquoi m’avoir choisi moi ? Et pourquoi m’avoir donné ce corps ? Et comment l’avoir fait ? Cela relève du miracle, de l’hérésie. Même Dieu, s’il existe, ne pourrait accorder ce genre de miracle alors pourquoi l’avoir fait ? »

C’était assez désespérant de se rendre compte que chaque question, chaque sujet de questionnement se démultipliait en une multitude de petites questions et qu’il se retrouvait à assaillir Shakunt de questions sur un seul et même sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 7 Mar - 16:03









Confidences.


Je me rendis compte de ma stupidité, en écoutant les propos de la fée, ainsi que sa question… n’étant pas du tout doué dans le domaine de l’amour, je n’avais même pas relevé ses paroles que j’avais analysé comme étant un peu naïves. Je ne fis que répondre par un :


- Ah… tu veux des enfants ? Non, laisse. Fais comme si j’avais rien dit… tout aussi naïf que lui.


Je ne voyais pas vraiment l’intérêt d’aller plus loin que les baisers que nous nous étions échangés, et comme je l’avais songé quelques temps plus tôt, j’étais loin d’avoir eu de tels sous-entendus. Je lui avais donc juste pris la main pour le remettre dans la bonne direction, d’un geste machinal. En arrivant dans mes appartements, j’avais senti qu’il n’y avait aucune odeur familière à l’intérieur et pour cause : Je ne venais pas souvent ici. C’était juste propre et bien rangé grâce aux servantes ou au majordome. Toutes mes affaires personnelles se situaient dans mes autres appartements, au Manoir Hanté. Je n’avais que deux ou trois choses de cachées quelque part dans la chambre, qui allaient me servir pour plus tard. En attendant, j’étais parti prendre carrément un bain pour nettoyer tout ce sang. Je n’avais pas été long pour ne pas faire trop poireauter Ezra. Je m’étais installé sur lit après être revenu dans la chambre, invitant la fée à me rejoindre. Il avait hésité, je m’en étais aperçu. Encore une fois, je ne relevai pas. C’était à lui de décider s’il voulait venir dans mes bras ou à côté. Il vint enfin se blottir contre moi. Je l’enlaçai, en attendant qu’il réponde à ma proposition, à savoir par quoi commencer pour me lancer dans les confidences. Il ne fut pas long à m’exposer comment il voyait les choses, afin que je lui explique tout. Je reconnaissais qu’en ce moment, il se passait des choses assez graves, la preuve avec ce qu’il venait de se passer dans la Salle Commune. Je songeai un instant au Vieux Manoir : Est-que Zoe était parvenue à gérer la situation ? Si je n’avais pas de nouvelles, c’était plutôt bon signe. Je déclarai à la fée, lorsqu’il mit fin à son flot de paroles :


- Si j’ai les réponses à toutes tes questions, je t’éclairerais du mieux que je peux. Je pense qu’on a le temps d’en parler, il reste quelques heures avant que la nuit ne tombe.


Je n’avais pas vraiment entendu le gémissement qu’il avait laissé échapper de ses lèvres, j’étais devenu songeur pour tenter de deviner ce qu’il allait me demander… en vain. Il se décida enfin, après avoir fait le tri j’imagine, pour me poser des questions sur lui-même. Si j’avais été à sa place, j’aurais choisi les mêmes questions. Tout cela devait le turlupiner depuis longtemps… seulement, comment lui répondre ? Je cherchai la bonne formulation de mes phrases avant de déclarer :


- Pourquoi toi ? Moi-même, je n’ai pas la réponse à cette question. Je veux dire par là que le Maître, l’autre, choisi lui-même qui il désire avoir et j’obéis aveuglément sans poser de question. En perdant la mémoire, je suis devenu mauvais, il m’a entraîné avec lui dans sa noirceur. Il arrivait malheur à ceux qui s’opposaient à lui. Je crois être le seul à avoir eu un lavage de cerveau. Ne me demande pas pourquoi, je ne détiens pas la réponse à cette question. J’allais chercher ses futurs serviteurs. Si les enfants meurent, sans qu’on ait provoqué leur mort. Pour les créatures, comme toi, il suffisait de les arracher de leur monde pour les emmener ici.


Je repris mon souffle juste quelques instants avant de combler ses dernières questions :


- Lorsqu’un enfant meurt, il atterrit directement ici en obtenant un don : La métamorphose. Peu importe ce que c’est, pourvu qu’il se transforme la nuit. C’est automatique. Lorsqu’une créature comme toi est arrachée de son monde, pour être emmené ici, c’est aussi automatique. Tu es devenu ce que tu es grâce à une puissante magie qui est très présente sur ce monde. Je ressens cette magie qui règne dans ces lieux puisque j’en suis le Maître. C’est grâce à cette magie que nous devenons ce que nous sommes ici. C’est assez confus mais je ne saurais expliquer ça autrement. Tu ne peux pas ressentir cette puissance tout simplement parce que tu n’es pas encore vraiment toi-même. Il faudrait que tu parviennes à utiliser tes poudres et tout ce que tu pouvais faire dans ton monde pour cela, ce dont je te parlais tout à l’heure. Le Maître, l’autre, veut utiliser toute cette magie, qui demeure mystérieuse pour nous, afin de régner. Je ne sais pas s’il existe un être capable de l’arrêter, il est le seul que je connaisse pour le moment à en user à mauvais escient. Il a partagé un peu de magie avec moi, c’est ainsi que je peux faire en sorte que mes filles se métamorphosent à n’importe quel moment de la journée, mais pas seulement. Je détiens aussi des objets qui renferment de la magie, Zoe en a quelques-uns. C’est pour cette raison que je sais qu’elle va gérer le problème au Manoir Hanté.


Je marquai une pause avant de finir :


- J’ai quelque chose pour toi, je l’ai toujours conservé en attendant le bon moment pour te le remettre. Quelque chose qui va justement te permettre d’utiliser tes poudres, s’il n’y a que ça qui te manque sinon, je verrais ce que je peux faire d’autre pour toi.


Je ne bougeai pas de ma place, préférant attendre la réponse de la fée. Ce quelque chose, je le détenais dans cette chambre, j'avais juste à me lever pour aller le chercher afin de le lui donner, puisqu'il s'agissait d'un objet ou plutôt, d'un bijou...




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 7 Mar - 19:27

Une fois installé confortablement dans les bras du beau jeune homme à la chevelure de jais, Clochette eut l’occasion de poser ses questions. Il voulait savoir pourquoi il avait été choisi spécifiquement lui. La réponse qu’il obtenue le déçu un peu. Il baissa la tête, comprenant que ce n'était pas Shakunt qui l’avait choisi mais un inconnu. Il se rappelait de toutes les fois où le maître des lieux était venu lui parler, lui confier ses soucis. Ainsi donc, il ne l’avait fait qu’uniquement pour espérer gagner la loyauté de l’homme-fée ?
Ezra ne se sentit pourtant pas longtemps triste et il releva vite le visage. Le jeune homme à ses côtés lui parlait en ce moment-même de lui-même. Il n’était pas hypnotisé par une quelconque force supérieure et c’était bien parce qu’il voulait parler à la petite fée qu’il le faisait.

Alors Ezra l’écouta.

Au fur et à mesure de ses paroles, il eut diverses expressions. Il entrouvrit la bouche de surprise puis fronça les sourcils avant d’écarquiller complètement les yeux à la fin de son discours. Il pouvait donner des objets magiques, en plus de capacités, à certaines personnes ? Cet homme ne devait pas se considérer comme impuissant avec les pouvoirs qu’il avait, il serait largement de taille pour lutter contre ce Maître. Et ce serait d’ailleurs un crime que de ne pas le faire. Après tout, comme disait l’un des philosophes qu’il s’était amusé à observer du monde des humains, un certain Etienne de La Boétie. Ce dernier parlait de servitude volontaire lorsqu’il désignait le peuple qui se laissait faire sous le joug d’un tyran. Il fallait se révolter tous ensemble et le renverser.
Shakunt semblait attendre quelque chose de sa part et Ezra lui offrit un regard interrogateur avant de se remémorer ses dernières paroles :

« Oh… Je… Pardon… Oui, enfin… Cet objet… C’est le maître qui te l’a donné ou c’est toi qui lui a donné cette capacité spéciale ? »

Autant savoir à fond quelles étaient les réelles capacités du maître de ces lieux… Et puis, si le cadeau venait de lui ou de ce Maître qui commençait décidément à détester !
Il se dégagea doucement de ses bras, le laissant partir puisqu’il semblait attendre quelque chose et s’assit à côté en l’observant avec curiosité :

« Et je me posais d’autres questions. Ici, est-ce une sorte d’autre dimension ? Entre le monde des humains et le monde intangible ? Une sorte d’endroit où les âmes des enfants passeraient avant de disparaître dans le néant ? Est-ce que ce sont les enfants qui meurent d’une mort injuste ? Comment sont-ils sélectionnés ? Enfin… Je sais bien pour la marque mais… Est-ce cet Homme qui l’appose sur des enfants qu’il aurait choisi à la naissance ? »


Curieux comme une pie, il mitraillait à nouveau Shakunt de questions alors que ce dernier s’était déjà levé pour chercher un objet…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 7 Mar - 20:55









Confidences.


Je n’avais pas songé à ce que la fée soit déçue par le fait que je ne l’avais pas choisi, moi. Seul le Maître, l’autre choisissait les siens, il ne permettait à personne de le faire à sa place. En tout cas, pour ce choix-là, si j’avais été lui, mon choix se serait aussi porté sur Ezra. La seule chose qui pouvait le réconforter était le fait que j’avais été le chercher moi-même. Ce n’était pas pour cette raison que je le considérais comme un fils, puisque j’avais aussi été récupérer Lola, Zoe et Céleste qui étaient mes filles pour moi. Je me conduisais différemment avec lui, pour une raison que je gardais pour moi, même si j’avais fait une sorte de déclaration un peu plus tôt dans la journée. Il n’avait pas tilté, je ne m’étais pas étendu sur le sujet. J’avais la nette impression de l’avoir fait sorti de ses rêveries, lorsqu’il m’adressa la parole pour répondre à mes attentes. Je répondis à sa question :


- Tous les objets m’appartiennent, je les ai trouvés sans même les chercher, en découvrant un sacré endroit. Il n’est pas comme les autres… et il regorgeait de trésors. J’ai du user de ma magie pour les enchanter. Bien sûr, j’adapte chaque objet à celui ou celle en deviendra le possesseur. C’est ainsi que, peu de temps après t’avoir arraché de ton monde, j’ai pensé qu’un jour, tu aurais besoin de tes poudres. Je n’étais pas sûr qu’une fée n’utilise que ça…


Je m’interrompis un instant, le temps que la fée se dégage de mes bras afin que je puisse aller chercher ce qui lui appartenait. Je profitai donc de cette occasion pour me lever, et une fois hors du lit, je me mis à fouiller dans le tiroir, celui du haut, de la seule armoire qui trônait dans la chambre. Nul ne pouvait voir ce que contenait ce tiroir, j’avais fait en sorte qu’il apparaisse vide aux curieux qui oseraient l’ouvrir. Tout en cherchant, je répondis aux questions que m’avait posées Ezra :


- J’ai longtemps pensé que c’était le Paradis. Bien avant de perdre la mémoire, je passais du bon temps avec Indra. Je ne voulais pas partager les enfants qui atterrissaient ici avec lui, j’assumais seul le rôle du père. Et puis, le Maître, l’autre a fait son apparition un soir. Il m’a en quelque sorte kidnappé pour me parler de ses projets. J’étais contre, évidemment. C’est alors qu’il a choisi de boire tout mon sang avant d’effacer ma mémoire. Je ne pouvais plus rien lui refuser, j’étais devenu quelqu’un d’autre. Lorsqu’il m’a ramené à la Maison de Poupées, je me suis disputé avec Indra avant de l’enfermer dans le Vieux Manoir, parce qu’il ne voulait pas le servir avec moi. Le Paradis est vite devenu un Enfer.


Je marquai une pause avant de reprendre, pour finir de réponse à ses questions :


- Les enfants, appelés Enfants de la Lune ici meurent noyés, par n’importe quel moyen pourvu qu’ils meurent à cause d’une quelconque étendue d’eau. Ils reprennent vie ici. Le Maître, l’autre les choisi en faisant apparaître un croissant de lune au niveau de leur cœur dès leur plus jeune âge, parfois dès leur naissance.


Je me remémorai le nom que Lola m’avait dit pour l’intrus qui était parvenu à entrer dans le Vieux Manoir : Angelo, au nom compliqué. Je repris alors :


- Il existe un enfant qui n’a pas cette marque. Le Maître, l’autre, s’est déplacé en personne le chercher. Si je me souviens bien, il l’a tué lui-même avant de le ramener. Cette histoire est tellement loin, il me l’a raconté juste après m’avoir effacé la mémoire…


Je laissai ma phrase en suspens. J’étais devenu songeur, j’en avais cessé de fouiller dans le tiroir. Je me repris bien vite lorsque ma main s’empara enfin d’un objet. J’avais enfin trouvé ce que je cherchais : Une amulette. Celle qui était destinée à Ezra. L’amulette était en argent, elle renfermait de la magie. Je revins m’installer sur le lit, avec ma précieuse trouvaille. Je l’observai de mes prunelles dorées avant de déclarer :


- Ce… bijou est à toi.


J’avais hésité sur le terme à employer. Je lui tendis l’amulette en lui expliquant simplement :


- Tu as juste à le passer autour de ton cou, à moins que je ne te le mette… tu devrais sentir la magie émaner de l’amulette, une fois en contact avec ta peau. C’est ce qui va te permettre d’utiliser tes poudres. Tu as juste à penser à celle que tu veux, elle apparaîtra dans l’une de tes mains. Il me semble qu’elle sera à l’intérieur d’un sachet. Il faut le voir pour y croire, tu n’as qu’à essayer.



Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Sam 10 Mar - 20:02

Comme à son habitude, Shakunt prit soin de répondre à chacune des questions du jeune homme-fée avec patience et pédagogie. Ezra écouta chacune de ses réponses et il apprit donc que le maître des lieux était capable de créer des objets magiques lui-même. C’était une capacité, offerte certainement par l’autre maître dont il parlait, mais qu’il contrôlait entièrement.
Il en apprit aussi plus sur l’histoire de ce lieu et donc de ce « paradis » qui était rapidement devenu un enfer mais Ezra ne comprenait toujours pas tout et il finit par demander :

« D’après ce que tu me racontes, on pourrait croire que c’est toi qui a initialement créé ce lieu. Est-ce vrai ou est-ce l’autre maître ? Peut-être que tu ne le savais pas à l’époque ? »

Il essayait de comprendre exactement ce qu’il s’était passé, avec le plus de détails possibles. Il serait évident que le jeune homme reporterait ensuite toutes ses réponses par écrit, dans un journal, afin de ne pas oublier et de pouvoir retracer toute l’histoire de cet endroit ainsi que toutes les connaissances qu’il pourrait en acquérir. Il était vrai qu’il ne comprenait toujours pas l’utilité de cette dimension et Shakunt n’avait d’ailleurs pas répondu à sa question sur le sujet, il la reposa donc une seconde fois :

« C’est ici une sorte d’autre dimension, alors ? »


Le jeune homme à la chevelure automnale regarda son aîné fouiller dans un tiroir… vide. Un peu déstabilisé, il comprit cependant assez rapidement que le maître des lieux avait dû apposer un sortilège sur le tiroir pour que celui-ci apparaisse vide à tous les yeux, sauf à ceux de son propriétaire.
Il écouta attentivement l’histoire des deux jumeaux, se posant toujours des questions sur ce fameux Indra et il finit par se concentrer sur l’anecdote à propos d’Angelo. Parlait-il de ce fauteur de trouble qui agitait l’atmosphère au Vieux Manoir ? Il semblait que oui.

Ezra observa Shakunt qui fouillait toujours dans le tiroir, l’air songeur et il le vit en retirer un objet dont il ne réussit tout d’abord pas à déterminer la nature. Il l’écouta lui dire que c’était une amulette et qu’elle lui permettrait d’utiliser ses poudres. C’est avec un air d’abord dubitatif qu’il observa l’objet en argent avant de relever le regard vers le jeune homme qui le tenait. Il lui adressa un demi-sourire avant de déclarer :

« Eh bien je pense que cela prendrait une allure plus officielle si tu me la mettais. »


Il tendit son cou, attendant qu’on lui accroche l’objet et découvrir ensuite sa nuque pour que Shakunt puisse l’attacher.

« Je dois… Penser à une poudre ou faire comme dans ces dessins animés pour enfant où les héros beuglent idiotement le nom de leurs atouts ? »

Il sourit avec malice et pensa très fort à de la poudre de perlinpinpin. Le sac lui apparut aussitôt dans la main et il sourit, rassuré de retrouver l’objet, sa texture et son poids dans sa main. Glissant sa main dans le sac, il retira un peu de poudre de la même couleur que ses cheveux et il la déposa au creux de sa main, refermant soigneusement le sac de l’autre. Il déplia sa main en direction de Shakunt et lui souffla doucement la poudre dessus, le regardant s’élever dans la pièce en riant.

« Et voilà comment Shakunt apprit à voler... Besoin d’un petit cours, cher ami ? »

Il s’envola à ses côtés, le regardant maîtriser son nouveau pouvoir comme il le pouvait. Il finit tout de même par préciser :

« Je ne t’en ai pas donné assez pour que ce soit permanent. Cela durera à peine dix minutes alors fais attention à ne pas voler trop haut ! »

Ça pouvait être dangereux si utilisé à mauvais escient, ces poudres…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Jeu 15 Mar - 17:11









Confidences.


La fée n’avait pas tort : J’avais construis la Maison de Poupées. C’était bien avant que le Maître, l’autre, n’efface ma mémoire du passé pour me consacrer à toute sa noirceur du présent… mais le passé avait ressurgit. Il ne l’avait pas encore appris, ça ne devrait plus tarder à lui parvenir aux oreilles. Avant ça, il fallait que je trouve une solution pour nous en débarrasser, sans avoir recours à la clé que j’avais donné à Zoe. Ce n’était pas à elle de se charger de lui. Je cessai d’être songeur pour répondre aux questions d’Ezra :


- J’ai construis la Maison de Poupées, quelques temps avant de perdre la mémoire. Indra m’avait aidé. On s’occupait des enfants… et puis, le Maître, l’autre a eu vent qu’on avait débuté des recherches pour percer certains mystères, afin de comprendre ce qu’il se passait réellement ici. Je crois que je n’ai pas besoin de te répéter ce qu’il s’est passé, sur le pourquoi du comment il a mis fin à nos recherches…


Une sorte d’autre dimension ? Je n’étais sûr de rien, même en ayant recouvré partiellement ou totalement ma mémoire. C’est ainsi que je lui répondis :


- En quelque sorte… à vrai dire, j’ignore tout de l’origine de ce monde. Peut-être qu’il s’agit d’une autre dimension, d’un monde parallèle. Tu viens toi-même d’un autre monde, n’est-ce pas ?


J’avais ensuite sorti ce que j’appelais l’amulette du dragon. Il y avait une sorte de cercle sacré, où une croix était représentée. Deux dragons l’entouraient, et une sorte d’étrange lame, probablement celle d’une épée, était encerclée par les queues emmêlées de ces belles créatures légendaires. Je l’avais tendue à la fée, qui désirait que je lui mette moi-même. C’est ainsi que je m’installai sur le lit, tout près de lui, pour attacher l’amulette autour de son cou. Lorsqu’il me demanda comment il devait procéder, en trouvant la réponse dans sa question, je ne pouvais que me contenter d’hocher la tête pour confirmer ses propos. Il ne s’écoula pas une minute lorsque je vis un sac de poudre apparaître dans sa main. Il y était parvenu. Je l’observai ouvrir le sachet pour verser la poudre au creux de sa main… avant de souffler dessus dans ma direction. Je ne me rendis pas tout de suite compte que j’étais à quelques centimètres au-dessus de la couette… ce n’était qu’en regardant le sol que je m’en aperçus. Les paroles de la fée me firent rire. Un cours ? Non, je n’avais pas besoin d’un cours de vol. Il lui suffisait de me voir voler pour qu’il s’en aperçoive. Ezra ne fut pas long à me rejoindre, j’étais presque rendu au niveau du plafond. Je ne maîtrisai pas très bien le vol en étant un humain, ça se voyait. Cependant, pour un débutant… je ne me débrouillais pas si mal que ça. Je déclarai doucement :


- Tu sais que je deviens un vampire la nuit… on ne peut pas dire que ces créatures assoiffées de sang peuvent voler…


Je marquai une pause avant de perdre l’équilibre, et en quelques instants, je dégringolai pour me retrouver sur le lit. Je poussai un soupir de soulagement avant de reprendre la parole :


- J’en étais où ? Ah, ouais. Je ne peux donc pas voler avec ma métamorphose… en revanche…


Je forçai la métamorphose pour devenir un vampire, avant de sortir une bague de la poche de mon pantalon. Je la glissai à mon annulaire droit et je la fis tourner deux fois sur la gauche. Mon corps s’éclaira d’une étrange lueur blanche, juste le temps qu’il fallait pour déployer de grandes ailes, aussi blanche que l’est ma peau, dans mon dos. C’était un bien étrange mélange, d’être à la fois vampire et ange. Je m’envolai pour me poser sur l’armoire, qui supporta mon poids. Mes yeux dorés contemplaient Ezra, lorsque je le questionnai :


- Qu’est-ce que tu en dis ?




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Jeu 15 Mar - 17:53

Ezra observa l’amulette avec attention. C’était un bijou qui ne pourrait pas le féminiser et même s’il était un peu gros et tape-à-l’œil à son goût, il éprouvait une grande affection pour ce cadeau. Peut-être parce qu’il venait du maître des lieux. Ou alors à cause de cette aura agréable qui entourait l’objet. Une fois qu’il fut autour de son cou, cette même aura commença à se propager dans son corps, lui donnant une impression de puissance qu’il apprécia. Il retrouvait enfin les mêmes capacités que dans le Monde des Songes et ce n’était pas pour lui déplaire.
Taquin, il s’était amusé à chahuter l’éphèbe en lui donnant la capacité de voler pendant un cours instant. Il s’était attendu à le voir se débattre et paniquer mais cela ne fut pas le cas et à la grande surprise d’Ezra, il garda un calme olympien tout en essayant de contrôler sa capacité temporaire. Il fallait dire que c’était assez pour impressionner le jeune homme-fée qui entrouvrit légèrement les lèvres de surprise. Plus le temps passait et plus il éprouvait de respect et d’admiration pour cet être qu’il avait initialement désigné comme étant sa Némésis.

Shakunt essaya de lui dire quelque chose mais il s’interrompit au milieu de sa phrase, sans doute trop concentré à essayer de ne pas faire des rouler-bouler dans l’air. Ezra se contenta donc de voleter en silence à ses côtés, s’amusant de voir comment il s’en sortait et il le regarda tomber comme une masse sur le matelas avant de l’y rejoindre en douceur.
Le jeune homme se releva et Clochette lui offrit un sourire mutin, encore très amusé de sa petite blague avant de se reconcentrer lorsque ce dernier ouvrit à nouveau les lèvres.

Alors comme ça, il se transformait en vampire la nuit. Il le regarda mettre une bague, faire un mouvement de cette dernière avant de… De muter en un être étrange. Cela ne ressemblait aucunement à un vampire. Une lumière blanche et rassurante nimbait son corps alors que de grandes ailes sortaient de son dos.
Hypnotisé, Ezra se redressa pour marcher à quatre pattes sur le lit, histoire de mieux observer Shakunt qui s’était posé sur le haut de l’armoire. Il resta ainsi, à l’observer avec un mélange de surprise et d’émerveillement, n’arrivant tout d’abord rien à dire avant de lancer un « Wooooow ! » d’admiration.

« C’est… Tu es… Magnifique. Enfin… Je ne saurais comment te dire. Te voir comme ça me fait trembler de partout, c’est impressionnant. C’est… Qu’est-ce que c’est ? Ce n’est assurément pas un vampire que tu es là… »

Sa respiration se coupait entre chaque morceau de phrase et il n’arrivait pas à rassembler assez ses capacités mentales pour réussir à dire quelque chose de correct. Il était bien trop subjugué par la beauté de Shakunt à cet instant précis.
Un long frissonnement parcourut son échine et Ezra su que si Shakunt avait été un prédateur assoiffé de sang et que la fée avait été un met de choix, cette dernière se serait laissé dévorée avec plaisir. Cette pensée était effrayante car il aurait été capable d’abandonner sa vie juste pour être enlacé par cette créature sublime. Mais pourquoi donc elle lui procurait cette étrange chaleur dans le bas-ventre ?

« Ton apparence a quelque chose de dangereux. Je ne saurais dire ce que c’est mais je sais que c’est dangereux… »

Il frémit à nouveau et se força à détourner le regard, fermant les yeux pour essayer de reprendre le contrôle de son corps statufié alors que ses lèvres s’entrouvraient pour le laisser respirer. Son cœur battait de façon désordonnée et il soupira pour essayer de remettre de l’ordre dans tout cela. Une fée était donc si faible devant la beauté ?
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Jeu 15 Mar - 23:10









Confidences.


J’avais vu Ezra, de mon perchoir, se diriger à quatre pattes sur la coquette pour, peut-être, mieux me voir. Ou peut-être qu’il m’admirait ou il était simplement subjugué par ces ailes blanches. J’étais toujours sous ma forme vampirique, avec les ailes en plus, ça n’avait pratiquement plus rien à voir avec l’une de ces créatures assoiffées de sang. J’écoutai ales paroles de la fée, en souriant. Je le faisais trembler de partout ? Rien que d’apprendre ça, mon sourire s’était effacé. Lui faisais-je peur ? Je ne comprenais pas trop sa question ; Qu’est-ce que c’est ? Peut-être que la question était : Qu’est-ce que j’étais devenu ? Excellente question.


- Heu… qu’est-ce que c’est quoi ? Ce que je suis en ce moment ? Une sorte de vampire angélique, ou d’ange vampirique… je ne sais pas trop. N’est-ce pas mieux qu’une chauve-souris ?


En réalité, je pouvais soit avoir ces ailes, soit carrément être une chauve-souris. Je n’étais guère attiré par ces bêtes, même si je devenais un vampire. C’était peut-être lié. Moi, j’étais un peu hors du commun. Peut-être que j’étais plus effrayant, peut-être que j’aurais du opter pour des ailes noires, comme le sont celles de Lola. Mais non. Les paroles de la fée me firent sortir de mes songes : J’étais dangereux ? Il avait détourné les yeux, juste après m’avoir annoncé ça. Je me redressai pour m’envoler, rien que pour retourner sur le lit. Je me laissai tomber tout près d’Ezra, en faisant en sorte de pouvoir poser ma tête sur son épaule gauche. Pourquoi mon apparence avait quelque chose de dangereux ? Est-ce qu’il avait peur que je le morde, pour me nourrir de son sang ? Cette idée lui serait-elle venue à l’esprit pour avoir prononcé ces paroles, pour me trouver aussi dangereux ? Je soufflai doucement :


- Est-ce que… tu crois que je vais te mordre ?


Je déposai un baiser dans son cou avant de reprendre la parole :


- Depuis le temps qu’on se connaît… je n’ai pas tenté une seule fois de boire ton sang, pourquoi serais-je tenté aujourd’hui ?


Je soulevai lentement son haut de ma main droite pour toucher l’endroit où j’avais cogné de ma tête. Au lieu d’avoir recours aux glaçons pour faire disparaître la marque que j’avais laissé, la froideur de ma peau sous ma forme vampirique avait bien plus d’effet. Je repris ma forme naturelle, qui n’annulait pas l’apparition des ailes, lorsque je fus sûr qu’il n’y avait plus de trace sur son torse. Je cherchai à le réchauffer en lui caressant le torse, tout comme je lui avais caressé le dos dans la Salle Commune. La peau de la fée était toujours froide. Elle n’était pas aussi froide que la mienne lorsque je devenais un vampire, mais comment le réchauffer ? Je n’étais même pas sûr qu’il ait froid. Ma main, qui se trouvait à présent au niveau de son cœur, me fit prendre conscience d’une chose : Son cœur battait la chamade. Je déposai un baiser sur son front, en faisant exprès d’attarder mes lèvres afin de vérifier quelque chose : Il n’avait pas de fièvre. J’abandonnai son front pour m’emparer de ses lèvres. Comme ça m’avait manqué, de ne pas l’embrasser depuis que nous étions dans mes appartements…




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Ven 16 Mar - 21:02

Le jeune homme-fée était subjugué par cette nouvelle forme et il se questionnait sur sa nature, n’ayant jamais vu d’être ainsi. Il finit par formuler son interrogation à voix haute et observait son visage sérieux qui tentait de répondre à sa question. Il apprit donc qu’il était une sorte d’hybride entre le vampire et l’ange. Cette révélation fit hausser un sourcil au rouquin qui trouvait que ces deux races n’étaient pas vraiment complémentaires. Cela faisait un drôle de mélange. Le vampire était censé être une créature démoniaque et la voilà couplée avec un être angélique. Il sourit doucement à cette pensée paradoxale et releva les yeux pour observer l’être. En effet, c’était dangereux. Il était sublime. Il ressemblait à une tempête de mer noire. Ezra avait l’impression d’être une petite embarcation perdue au milieu de cette mer furieuse qui cherchait à l’engloutir.
C’était quelque chose de terriblement beau et excitant, quelque chose de dangereux, de mortel mais qui vous faisait secouer l’échine d’un délicieux frisson. Hypnotisé par la créature qui lui faisait face, il l’observa s’approcher d’elle et poser sa tête sur son épaule.

Elle était si proche. Si délicieuse. Si belle… Ezra voulut lever la main pour la toucher mais son corps refusa de coopérer et il se contenta de la caresser du regard. Il était effrayé par cette beauté mais il ne pouvait rien y faire. C’était une sensation inconnue de lui et pourtant tellement agréable. Il frémit en l’entendant, si près, alors que le souffle de Shakunt venait chatouiller le creux de son oreille. Il ouvrit la bouche, dans l’espoir de dire quelque chose mais tout se mélangea dans son esprit et il ne sut bientôt plus exactement pourquoi ses lèvres étaient ouvertes.
Le jeune homme-fée s’infligea une violente claque mentale et il répondit, bien trop tard pour que cela puisse passer inaperçu :

« Le problème… C’est que cela ne me dérangerait pas si tu venais à le faire. Je sais que tu ne le feras pas mais si un être aussi sublime que toi cherchait à me dévorer, je ne pourrais que me jeter dans ses bras. »

Une image lui vint à l’esprit, une de ces soirées d’été dans le monde des humains. Il avait toujours été passionné par ce spectacle lorsqu’il était dans son Monde Intangible, à espionner les autres dimensions. Il fit part de sa pensée à Shakunt pour mieux l’éclairer quant à sa situation :

« J’ai l’impression d’être un de ces papillons de nuit qui tournoie tournoie tournoie autour d’une ampoule électrique. A-t-il conscience qu’elle va lui brûler les ailes ? Il ne peut s’en empêcher, il est hypnotisé par cette dernière. Il ne peut que rester auprès d’elle… Et il finit par mourir dans d’atroces souffrances. Mais le papillon aurait-il arrêté de tournoyer autour de cette magnifique lumière s’il avait su qu’il en mourrait ? J’en doute fortement… »

Il ne réussit pas à retenir le gémissement qui franchit la barrière de ses lèvres lorsque les lèvres glacées de la créature vinrent se poser sur son cou. Il s’attendait presque, malgré lui, à sentir les crocs s’enfoncer dans sa chair. Son cœur cessa de battre un instant et sa respiration se tut. Le temps ralenti.
Puis les lèvres quittèrent son cou et les fonctions vitales du jeune homme-fée reprirent peu à peu. Il avala une longue goulée d’air silencieuse.

Mais l’hybride ne s’arrêta pas là, il releva le haut d’Ezra avant de poser une main glacée sur son léger bleu. Ce dernier frissonna, ne trouvant pas ce contact désagréable et il l’observa reprendre sa forme humaine. La main caressa doucement son torse et il frissonna, ne sachant plus vraiment où se mettre. La chaleur recommençait à le tirailler dans le bas-ventre, il ne comprenait pas réellement les réactions de son corps face à un simple contact.
Clochette ferma les yeux lorsque le papillon tendre se déposa sur son front et il répondit instinctivement au baiser lorsqu’il redescendit sur ses lèvres. Cependant, ce fut peut-être un peu trop pour son corps qui se mit à trembler. Il se retrouva à s’accrocher aux épaules de l’éphèbe pour ne pas perdre complètement pied alors que leurs papillons battaient des ailes, s’enlaçant de manière frémissante et maladroite.
Bientôt, ses bras glissèrent autour de la nuque du jeune homme et Clochette se retrouva serré contre lui, son corps avait agi instinctivement, se rapprochant du corps qui était redevenu chaud et bien vivant face à lui. Il le fit tomber sur le lit et rompit leur baiser en glissant se réfugier dans le creux de la poitrine de Shakunt. Il resta un moment ainsi, à s’enivrer de son odeur et il ne prit pas même la peine de retenir le soupir de bonheur qui résonna dans la salle. Il avait juste envie de rester près de cette chaleur rassurante, sur ce lit confortable et ne plus bouger. La fée clochette apportait peut-être le bonheur aux autres mais elle aimait parfois aussi en profiter un peu, était-ce égoïste de sa part ?
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Ven 16 Mar - 21:57









Confidences.


Les paroles d’Ezra… je ne m’attendais pas à ce qu’il me réponde ce genre de choses… les fées étaient-elles naïves au point de faire confiance à n’importe qui ? Rien que d’y songer, un frisson me parcourut. Je ne voulais pas qu’il arrive malheur à Ezra, à être aussi confiant. Peut-être qu’il n’était pas comme ça avec tout le monde… c’est ce que j’espérais en tout cas. Il pouvait être sûr que je n’allais jamais le mordre. Je lui avais déjà dit qu’il ne finirait pas au Manoir Hanté, comme les autres et d’ailleurs, dès que le cas Angelo sera réglé, j’irais ouvrir le Vieux Manoir. Ainsi, tous seraient libres d’aller où ils le désirent, même de rester vivre en ce lieu.

Je contemplai la fée d’un air inquiet, et ce fut d’un air grave que je déclarai ces paroles, pour répondre aux siennes :


- Ezra… ne sois pas aussi naïf, ou confiant… peut-être même les deux… je ne te ferais jamais rien. Même si c’est pour me sauver la vie. Qu’est-ce que je deviendrais sans toi ?


C’était à peine si j’avais conscience d’un quelconque second aveu. Un papillon qui se brûle les ailes ? Jolie comparaison pour mieux m’expliquer la situation. Il ne risquait vraiment rien avec moi. Si je n’avais pas recouvré la mémoire, il en aurait été de même : Je ne lèverais jamais la main sur la fée. Ma seule erreur a été de le confondre avec la porte, lorsque nous étions dans la Salle Commune, parce que j’avais oublié qu’il avait fait rempart de son corps pour m’éviter de me recogner la tête contre le mur. Je lui avais ainsi fait mal. Il y avait pire, oui mais je n’aurais pas du faire ce genre d’erreur. C’était du à ma folie, qui s’était calmée depuis un petit moment.

J’avais senti le corps d’Ezra trembler lorsque je l’avais embrassé. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Il avait peur qu’il se passe quelque chose ? Peut-être ne comprenait-il pas ce qu’il lui arrivait… même moi, qui n’avait pas connu l’amour, je ne savais pas ce qu’il me prenait de m’emparer de ses lèvres. C’était loin d’être désagréable. Je resserrai mon étreinte, en sentant ses bras autour de mon cou et ne fit rien pour l’empêcher de me faire basculer sur le lit. Ce n’était pas très agréable, de sentir mes ailes écrasées sous mon dos, ou c’était l’effet que ça me faisait. Aussi, j’enlaçai la fée qui s’était réfugié dans mes bras, mettant ainsi fin au baiser et je cherchai à faire tourner ma bague une fois sur la droite. Les ailes blanches disparurent de mon dos, comme par enchantement. Je poussai un soupir de soulagement, me sentant beaucoup mieux ainsi. L’une de mes mains s’était glissée sous le haut d’Ezra pour lui caresser le dos, et je pus ainsi sentir sa peau, tiède. Elle était devenue tiède, était-ce normal ? Si mon corps était redevenu chaud, j’étais peut-être parvenu à le réchauffer un peu, d’où cette tiédeur. J’avais déjà vérifié s’il n’avait pas de fièvre, il était inutile que je revérifie pour être sûr qu’il allait bien. Je ne fis que lui demander, un peu inquiet :


- Est-ce que… tu vas bien ? Ton corps est devenu tiède…


Il ne pouvait pas s’agir de l’amulette, elle ne faisait que lui offrir les poudres dont il avait besoin. Elle ne lui permettait donc pas de réchauffer son corps. Je n’étais pas sûr d’être parvenu à le réchauffer… Mon autre main s’était mise à caresser sa chevelure automnale. Je ne cherchai pas tout de suite à briser le silence, mais au bout d’un instant, je questionnai Ezra :


- Tu as envie de dormir ? Si tu as sommeil, tu peux rester ici cette nuit.


Peut-être que la fée avait d’autres questions à me poser, peut-être qu’il voulait un peu de bonheur lui aussi. Ne disait-on pas que les fées apportaient le bonheur ? Il avait bien le droit d’en avoir, lui aussi. Je ne voulais pas le chasser, je n’avais pas envie de me séparer de lui non plus, alors je le laissai dans mes bras sans cesser de le caresser. Peut-être que son corps allait finir par se réchauffer pour de bon ainsi.




Shakunt ♠ Ezra



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Dim 25 Mar - 18:15

Ezra en resta bouche bée. Naïf ? Confiant ? Pouvait-on réellement appeler ainsi cette attirance vers le suicide qui le touchait ? Non, certainement pas. Lorsqu’il avait décrit le papillon, il ne parlait aucunement de la naïveté du papillon qui tournait autour de sa mort mais plutôt de son état hypnotique qui faisait qu’il serait capable d’en mourir. Voilà le sentiment qu’avait ressenti le jeune homme lorsqu’il avait été subjugué par la beauté de la créature. Il savait très bien qu’il pourrait en mourir mais c’était impossible pour lui de détourner son regard. Clochette étouffa un petit soupir et finit par rétorquer, malicieuse :

« Insinuerais-tu qu’il ne faut pas que je te fasse confiance, Shakunt ? Est-ce un aveu de ta part ? »


Il sourit légèrement, signifiant ainsi que tout était sur le ton de la plaisanterie. Le maître des lieux paraissait si sérieux qu’Ezra n’osait pas pousser à bout sa boutade et qu’il préférait mettre les choses à plat en lui faisant immédiatement comprendre ce qu’il en était.
La main du jeune homme glissa sous le haut de Clochette qui frémit. Il cambra doucement son dos et se retint d’aller mordiller les lèvres de son vis-à-vis, de peur que la chaleur de son bas-ventre empire et qu’il y ait une manifestation physique. Il encaissa donc les caresses en tentant de se concentrer comme il le pouvait.

« C’est ton corps. Il me réchauffe. »

Inutile de préciser que c’était ses caresses ou son corps contre le sien qui le rendait ainsi, Ezra n’avait aucune intention de déclarer ce genre de choses. Ce n’était peut-être pas conseillé. Il garda donc le silence sur ce détail, se contentant de rester vague.
Il ferma les yeux aux caresses dans ses cheveux et il ne les rouvrit qu’à la proposition de Shakunt :

« Hm… »

Il se sentit rougir légèrement et détourna le regard, un peu gêné à l’idée que le maître des lieux ait compris ses pensées de tout à l’heure. Il finit par murmurer, presque imperceptiblement :

« D’a-d’accord… Mais j’aimerais prendre une douche avant, pour me réchauffer. »

Le jeune homme-fée voulait ainsi pouvoir réfléchir à la situation actuelle et pouvoir se concentrer sur la bonne façon d’agir. Il observa Shakunt, attendant qu’il lui montre où il pourrait se décrasser en battant lentement ses longs cils roux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 28 Mar - 13:59









Confidences.


Les paroles d’Ezra me firent tressaillir, sans que je le montre pour autant. Je me repris bien vite pour lui répondre :

- Tu n’abuserais pas un peu, toi ? Depuis le temps qu’on se connaît, ou que je me confie à toi plutôt, tu devrais connaître les réponses…


J’avais pris un ton sérieux, comparé à lui, qui s’était adressé à moi d’un ton plaisantin. Je le taquinai en rectifiant :

- Si tu n’avais pas confiance en moi, tu ne serais pas là en ce moment… tu m’aurais fuit depuis longtemps. Sinon heu… je crois t’avoir dit tout ce que j’avais sur le cœur…


En particulier pour ce qui était des aveux qui étaient passés inaperçus… ou pas. Par deux fois, j’avais failli me faire griller. Si la fée avait remarqué quelque chose, dans certaines de mes paroles, elle s’était bien gardée de me faire des remarques ou de me questionner pour en savoir plus. J’étais donc sauvé, du moins, pour le moment…

Ezra m’avoua ensuite que c’était mon corps qui le réchauffait. Intrigué, je le contemplai en cherchant un sens à cette espèce d’aveu… qu’est-ce qu’il cherchait à dire, par là ? Il cachait une déclaration ? C’était mon rôle ça, non ? Je le gardai pour moi. Il était inutile de l’embarrasser à le questionner là-dessus. De plus, je prenais le risque qu’il me questionne à son tour, pour certains aveux cachés que j’avais lâché par moments.

Il accepta ensuite ma proposition, à condition de prendre une douche avant… pour le réchauffer ? Mon regard doré était plongé dans le sien, et je remarquai qu’il attendait quelque chose de ma part…

- Heu…


Douche… salle de bains. Il ne m’avait pas vu aller dans cette pièce pour nettoyer le sang que j’avais eu sur le corps, il y avait déjà un peu plus d’une heure ? Je déclarai enfin :

- Tu as oublié où était la salle de bains ? Elle est juste derrière cette porte.


Je lui indiquai la porte en question, à gauche du lit où nous étions et je lui ébouriffai les cheveux avant de le lâcher. Ainsi, il était libre d’aller où il veut. En parlant de confiance… j’étais confiant avec la fée, je n’avais pas peur qu’elle revienne sur ses dires pour me laisser seul.

Une fois qu’il s’était levé pour aller se doucher dans la pièce voisine, je me levai à mon tour pour entrer dans une autre pièce qui se révéla être la cuisine. Mon ventre criait famine, j’allais donc le combler en mangeant… tiens, une grappe de raisins. Je m’en emparai avant de revenir dans la chambre, et m’installant en tailleur au milieu dulit, je dégustais chaque raisin, en attendant le retour d’Ezra…




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Sam 7 Avr - 17:06

Ezra avait surtout voulu taquiner Shakunt en lui faisant ces déclarations. Il savait très bien que le maître des lieux ne lui ferait aucun mal et il avait totalement confiance en lui. C’est pourquoi il sourit avec malice lorsque le jeune homme commença à rouspéter face à sa réaction. Il avait voulu le taquiner et voilà qu’il récoltait l’effet escompté. Il le regarda en suite en battant légèrement les cils, ne comprenant pas vraiment ce qu’il voulait exactement dire par « ce que j’avais sur le cœur », il décida de vouloir en être certain et c’est pourquoi il demanda :

« Tu me parles de tes révélations quant à ton frère par-là ? N’es-tu d’ailleurs pas pressé de revoir celui que tu as oublié ? »

Il parut un instant inquiet et attrapa son bras :

« Si tu en as vraiment envie, tu peux y aller. Je ne veux pas te monopoliser ton temps, je comprendrais que tu préfères voir ton frère ! »


La conversation battait de l’aile et Shakunt s’inquiéta à nouveau pour l’homme-fée, voulant être certain que les réactions de son corps n’était pas dû à un début de maladie. Ezra secoua la tête, un peu gêné. Il ne voulait pas vraiment avouer cette chaleur qui se déplaçait dans son bas-ventre, devenant plus en plus intense au fur et à mesure que le jeune homme le caressait. C’est pourquoi il choisit de répondre vaguement.
Contrairement à ce qu’il aurait pu penser, Shakunt ne décida pas de l’interroger plus en profondeur et il put s’en tirer facilement.

Ezra accepta la proposition de l’homme qui venait de se transformer en créature plutôt étrange quelques instants auparavant et il décida de prolonger leur entrevue. Il posa la condition de pouvoir se doucher et il se sentit très bête lorsque Shakunt fut obligé de lui rappeler où cette dernière se situait. Il avait tellement vu de décors différents aujourd’hui que son cerveau semblait être dans l’incapacité de se souvenir correctement de l’endroit où Shakunt avait disparu quelques instants plus tôt.
L’homme-fée se releva donc et il se dirigea vers la salle de bain où il s’enferma. Il laissa glisser ses vêtements à terre et se dirigea vers la baignoire. Il alluma l’eau et se glissa sous un jet d’eau brûlant. Frémissant, il essaya d’oublier cette chaleur qui s’estompa petit à petit devant l’agression de sa peau par l’eau.

Clochette resta donc un petit moment sous la douche, profitant simplement de ce moment où il pouvait se détendre et il se savonna entièrement, tout heureux de sentir l’odeur du maître des lieux se poser sur son corps. Il aimait bien cette odeur, elle avait quelque chose de rassurant, de réconfortant. Cet homme était le dernier lien qui l’unissait au Monde Intangible et il était donc son seul point de repère.
Il se rinça alors que l’odeur du gel douche restait sur sa peau et il se glissa dans une grande serviette-éponge, tout en se séchant. Ce fut seulement en enfilant ses vêtements qu’il se rendit compte de son erreur.
En prenant une douche chaude, l’air ambiant lui paraîtrait forcément plus froid. Il frissonna et se traita de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables tout en sortant de la salle de bain.

L’air de la chambre n’était guère mieux, sinon plus froid puisque l’air de la douche n’avait pas réchauffé l’atmosphère. Il courut donc rejoindre Shakunt et il se blottit dans ses bras en frissonnant, glacé. Il ronchonna doucement :

« Je suis un idiot ! Un idiot refroidi… Un con-gelé ! »


Et sur ce, il glissa ses mains froides sur le torse brûlant du jeune homme, levant le regard, il lui tira doucement la langue, dévoilant un petit bout de chair rose avec malice. Après tout, peu importe les circonstances, on est Clochette ou on ne l’est pas !
Revenir en haut Aller en bas
Shakunt Luca
Maître des Lieux, admin'
Maître des Lieux, admin'
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 24/02/2012

MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   Mer 11 Avr - 22:59









Confidences.


Je secoua la tête à la question d’Ezra. Non, je ne parlais pas de ces aveux-là, mais des déclarations qui n’en étaient pas vraiment… il n’avait pas du les comprendre, sinon il ne m’aurait pas posé ces questions. Je poussai donc un soupir de soulagement, avant de me reprendre pour lui répondre :


- Heu… non, non je ne te parle pas de celles-ci… mais laisse, ce n’est pas grave.


Je ne tenais pas vraiment à ce qu’il devine de quelles révélations il s‘agissait, ni à ce qu’il m’interroge plus sur ce sujet pour en savoir plus. J’avais oublié de répondre à sa seconde question, je profitai donc du fait qu’il m’attrape le bras pour me déclarer que je pouvais aller voir Indra si j’en avais vraiment envie pour lâcher :

- Ah… heu, non. Je préfère rester avec toi… enfin heu…


Comment me sortir de là sans qu’il soit intrigué par mes paroles ? Si je préférais la fée à mon propre frère, elle allait forcément se poser des questions… mais au lieu de subir un interrogatoire, je le vis se lever pour aller dans la salle de bains. Ouf, j’étais sauvé… pour le moment. Pour me changer les idées, surtout parce que j’avais un petit creux en fait, je m’étais levé à mon tour pour aller dans la cuisine, située à côté de ma chambre. Mon regard était tombé sur une grappe de raisins, alors je m’en étais emparé avant de retourner sur le lit. Je n’attendis pas longtemps le retour d’Ezra, qui vint précipitamment dans mes bras avant que je ne l’entende grogner. Je me demandai ce qui avait bien pu lui arriver… un idiot refroidi ? Un congelé ? Je ne fus pas long à comprendre, en sentant ses mains gelées sur mon torse bouillant…

- Ezra… tu es glacial…


Je le vis me tirer la langue. Il était frigorifié, et il parvenait à faire le malin malgré ça…

- Tu as pris une douche froide ?


Non, ce n’était pas possible, sinon il ne se traiterait pas de tous les noms. Qu’avait-il pu bien faire dans ce cas ? Je tentai de le réchauffer en lui caressant le dos de ma main gauche, puisque je n’avais pas fini de manger les raisins accrochés sur la grappe que je tenais de l’autre main. Je finis par embrasser Ezra, rien que pour me venger de sa grimace, sans le montrer : Le baiser avait été un peu trop tendre pour ça. Je lui donnai ensuite la grappe de raisins, le temps de rabattre la couette sur lui. J’avais eu le temps de retirer une bonne partie du couvre lit, le temps que la fée était allée dans la salle de bains, avant de m’installer en tailleur sur le drap housse. C’était plus pratique, il y avait juste à tirer l’édredon de plumes si nous désirions dormir. Mais là, je voulais juste le réchauffer. Je lâchai en soupirant :

- Je me demande bien ce que tu as pu faire pour être aussi froid… tu n’as pas confondu l’eau chaude avec l’eau froide, et tu n’aurais pas pris de douche froide… ne me dis pas que c’est ce que tu as fait ?


J’avais un doute… mais non, en y réfléchissant bien, je ne voyais pas l’intérêt s’il avait osé faire une chose pareille. Sauf si, bien sûr, il l’avait fait exprès pour que je le réchauffe. Il abusait, sa peau s’était réchauffée, et il n’a fallu qu’un aller/retour dans la salle de bains pour qu’elle devienne aussi glaciale qu’avant, si elle ne l’était pas plus maintenant… je lui ébouriffai sa chevelure automnale avant de déclarer :

- Tu vas finir par être malade… ce n’est pas très malin.




Shakunt ♠ Ezra




Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confidences [ma fée n'à moi que j'aime]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Un nouveau Monde [avec Queen]
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Luis Mariano - Mexico

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ciclo Specchio :: Gouvernement des enfants de la lune :: Anciens RPs †-
Sauter vers: